RMC Sport

Des divergences fortes entre le PSG et l’UEFA

Si le club parisien coopère au maximum avec l’instance de contrôle de l’UEFA, des désaccords demeurent entre les deux parties.

Une coopération sans faille, des aller-retours incessants entre le PSG et l’UEFA, et pourtant des désaccords demeurent entre les enquêteurs et le club parisien. Premier point, et non des moindres, L’UEFA pointe également un manque de clarté concernant les sponsors qatariens du PSG : beIN Sports, QNB, Ooredoo, QTA. Le PSG a-t-il bien saisi et intégré les modifications de 2015 des règles du fair-play financier ? Ces dernières (pour la période 2015-2018) comprennent une "une redéfinition des parties liées". 

>> Ce qu’il manque au PSG pour rentrer dans les clous du fair-play financier

Désormais, tout sponsor qui représente plus de 30% des revenus d’un club est considéré comme partie liée. "Difficile de nous convaincre que l’on est dans l’acceptable pour le PSG", estime une source proche de l’enquête à RMC Sport.

Du boulot à l'international

C’est notamment une des raisons pour lesquelles la tournée d’hiver traditionnelle du PSG n’aura pas lieu… au Qatar mais sur le continent américain. Le PSG estime d’ailleurs qu’il serait injuste de ne pas prendre en compte ces revenus qui viennent parfois de sociétés côtés en bourse, comme la société de télécommunication Ooredoo, présente au Moyen-Orient et en Asie.

Autre inquiétude, la progression des revenus de sponsoring: Paris est nettement à la traine en ce qui concerne ses revenus à l’international, et notamment en Asie. Certes, l’UEFA a bien conscience que le PSG a un "joyau" avec Neymar, mais de source proche de l’enquête, il n’apparaît pas clairement comment le PSG compte capitaliser dessus à l’international. Selon les informations de RMC Sport, les enquêteurs trouvent le PSG encore mal organisé et préparé pour partir à la conquête de ces nouveaux marchés.

Les autres articles du dossier PSG:

PSG: Pas de sanction du FPF cette saison, mais le calendrier fait peur

Quand l’enquête de l’UEFA a fait capoter le transfert de Di Maria à Barcelone

Antoine Arlot, Mohamed Bouhafsi avec PK