RMC Sport

Diawara : « Le titre, c’est comme une drogue »

-

- - -

Sacré champion de France avec Bordeaux en 2009 puis Marseille en 2010, le défenseur central phocéen veut reconquérir sa couronne. A Port-du-Crouesty, où les Marseillais sont en stage de préparation, Souleymane Diawara a confié ses ambitions pour cette nouvelle saison.

Souleymane, comment se sont passées vos vacances ?

Très bien. Je suis parti quatre jours avec ma copine en Corse avant de passer une semaine au Havre en famille. Je suis ensuite parti à Miami aux Etats-Unis avec des potes du foot. Il y avait Mamade (Niang), Le Tallec, Chimbonda, Rod (Fanni)… Ça fait du bien d’être déconnecté. On a arrêté de parler de football. On s’est bien amusé.

Après Stéphane Mbia, un autre Camerounais a rejoint la défense marseillaise cet été, l’ancien Monégasque Nicolas Nkoulou…

(Amusé) Il y a trois Camerounais (avec Charley Fomen, ndlr). Bon, ça va car il y a aussi des Sénégalais (Diawara, N’Diaye), ça fait un beau combat. La concurrence de Nkoulou ? S’il est là, c’est qu’il sera un concurrent. Il n’y a pas de souci. Ça ne me fait pas peur. La concurrence nous permet d’être toujours à 100%. Nkoulou est un excellent joueur. Il va apporter un plus à notre effectif.

On a entendu que l’OM souhaitait se séparer de vous à l’intersaison. Ça a dû vous agacer…

C’est le football. Même quand on donne tout ce qu’on a, il suffit qu’on rate un petit truc pour qu’on oublie tout. J’ai eu une bonne discussion avec le coach (Deschamps). Il m’a dit qu’il comptait sur moi. Si d’autres personnes ne sont pas d’accord, on trouvera une solution et j’irai voir ailleurs. Moi, je suis bien à Marseille. Mais si je sens que deux ou trois personnes ne veulent pas de moi, il est hors de question de rester.

« J’aurais pu éviter certaines choses. Ça ne se reproduira plus. »

Que retenez-vous de cette discussion ?

On a bien parlé. Ce que le coach m’a dit m’a touché. C’est vrai que j’aurais pu éviter certaines choses comme conduire sans permis, même si je pensais que j’avais le droit (sic). On a parlé aussi des quelques petits excès. J’ai fait mon mea culpa. Ça ne se reproduira plus. Tout cela est derrière moi. J’oublie et je regarde devant.

L’arrivée d’Alou Diarra va considérablement renforcer votre équipe…

Oui, tout le monde connaît ses qualités. J’ai eu la chance de jouer avec lui au Havre ou à Bordeaux. Quand tu es derrière lui, tu sais que tu n’as plus qu’à ramasser les miettes. Son arrivée va nous faire beaucoup du bien. Sur le papier, ça fait peur, mais il faut qu’on fasse peur sur le terrain.

Vous avez été champion en 2009 et 2010, vous l’avez raté en 2011. L’objectif est de reconquérir le titre ?

Le titre, c’est comme une drogue. Quand vous y goûtez une fois, vous ne pouvez plus vous en passer. Pour tout le monde, l’objectif est d’être champion et d’aller le plus loin possible en Ligue des champions.