RMC Sport

Dijon, de la suite dans les idées

Patrice Carteron

Patrice Carteron - -

Le club bourguignon, promu pour la première fois de son histoire en Ligue 1, ne manque pas d’arguments pour assurer son maintien dans l’élite. Des moyens pour les moins originaux.

Avec 25 millions d’euros de budget de fonctionnement, Dijon ne risque pas, cet été, d’animer le marché des transferts. Pas grave. Ou tant mieux à en croire Patrice Carteron, l’entraîneur du promu en Ligue1. « On a réussi l’année dernière avec des joueurs issus de divisions inférieures, explique le technicien. Ils n’avaient pas une grosse connaissance de ce niveau, ils en auront encore moins de la Ligue 1 mais je souhaitais permettre à ces joueurs de continuer à progresser. » Faute de moyens, malgré le départ son meilleur buteur, Sébastien Ribas (23 réalisations), du côté du Genoa, Dijon compte donc faire confiance aux héros de la montée et à ses éléments prometteurs : Diallo, Jovial, Souprayen ainsi que sur son joyau Benjamin Corgnet, estimé à 6 millions d’euros et suivi par Chelsea. Pour encadrer cette jeunesse, le club de la Côte-d’Or a misé sur des éléments expérimentés tels que Grégory Thil ou Abdoulaye Meité, à qui Carteron compte donner le brassard de capitaine. « Lui, c’est mon leader de défense. Il n’a pas été valorisé comme il l’aurait dû. Il a manqué la dernière Coupe du monde. Je sais que c’était difficile pour lui et qu’il a envie de retrouver le très haut niveau. »

Même son de cloche pour Cédric Varrault (Nice) et Daisuke Matsui, tous deux en perte de vitesse à Nice et Grenoble. Mais Dijon ne comptera pas seulement sur le refrain revanchard. Le club dispose d’un atout : le programme de faciathérapie de son kiné, Stéphane Renaud, qui exerce également à Chelsea. « Cela nous a permis d’être le club, en France et probablement en Europe, le moins blessé, confie Carteron. Didier Drogba, Florent Malouda, Michael Essien, Salomon Kalou suivent ce programme. Moi-même, j’ai eu la chance d’en bénéficier. Quand les joueurs se sentent bien, le mental suit. » Et l’envie nécessaire au jeu dijonnais, que Carteron promet « spectaculaire. »

La phrase

Patrice Carteron (entraîneur de Dijon) : « Il y a des idées, un projet de jeu. Quand un joueur veut, aujourd’hui, exploiter son potentiel, c’est bien pour lui de venir à Dijon. »

Le titre de l'encadré ici

Florent Malouda, l'autre recrue|||

A Dijon, un Malouda peut en cacher un autre.  Au DFCO, on connaissait Lesly, le cadet. Depuis la fin du mois de mai, le club de la Côte-d’Or compte aussi l’aîné, Florent. La signature de l’international français (65 sélections, 5 buts) pour les cinq prochaines années est un joli coup… mais l’intéressé ne s’est pas engagé avec Dijon pour jouer. Mais pour entrer dans le capital du club. Actionnaire minoritaire – une première pour un joueur français encore en activité, Florent Malouda sera chargé d’aider la formation dijonnaise à franchir un cap au niveau de la formation. «Dijon va se doter d’un centre (prévu pour juillet 2012) et a envie de travailler sur le social et l’éducation des jeunes joueurs, explique-t-il. Les jeunes de Guyane et d’Haïti pourront partir et seront accueillis dans de bonnes structures. »