RMC Sport

Et pendant ce temps-là, Luyindula se console

Peguy Luyindula et le vainqueur de la première « Manifoot Cup »

Peguy Luyindula et le vainqueur de la première « Manifoot Cup » - -

Ecarté du groupe professionnel par Antoine Kombouaré, l'attaquant parisien, président de l'association Manifoot, une fédération internationale de football virtuel, a organisé ce dimanche la première « Manifoot Cup ». Ambiance.

Peguy Luyindula aux côtés de Javier Pastore, Mamadou Sakho ou encore Mevlut Erding, la scène ne se passe pas sur les terrains d’entraînement du Camp des Loges. Au grand dam du meilleur buteur de Ligue 1 en activité (86 buts en 370 matchs), mis au placard par Antoine Kombouaré, le seul endroit où il peut s’aligner avec ses prestigieux coéquipiers se trouve derrière les manettes de sa console. Président de Manifoot, une fédération de passionnés de football sur jeux vidéo, le joueur de 32 ans organisait ce dimanche au Players, un bar du 2e arrondissement de la capitale, sa première compétition, regroupant plus d’une centaine de licenciés.

« Manifoot, c’est la fédération des joueurs, confie le Parisien. Cette journée restera importante dans l’histoire de la fédération. Il y a eu de grands matchs très disputés, les observateurs sont unanimes. Mais au-delà de la compétition, j’ai échangé avec beaucoup de licenciés venus me remercier du plaisir apporté par la « fédé ». Manifoot défend un certain nombre de valeurs et nous avons pu le démontrer hier. »

11 500 euros pour le vainqueur

Casquette vissée sur la tête et regard concentré sur l’écran de télévision, Sammy Traoré était aussi de la partie, tout comme le Brésilien Nenê et l’attaquant nantais Jean-Jacques Mandrichi, licencié de Manifoot depuis sa création, mais qui n’a pu décrocher les 11 500 euros promis au vainqueur. « J’ai découvert Manifoot, ce qui fait que je joue plus souvent qu’avant, confie d’ailleurs l’ancien Grenoblois. C’est bien d’avoir fondé une telle fédération pour les joueurs. » Même loin de la pelouse du Parc des Princes, Peguy Luyindula n’a donc pas perdu sa passion pour le ballon rond. Il la vit juste autrement.

AA