RMC Sport

Faut-il avoir peur pour Sertic ?

Grégory Sertic

Grégory Sertic - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Victime de problèmes cardiaques cet hiver, le milieu de terrain bordelais Grégory Sertic ne jure que par le jeu. Avant d’accueillir Lyon, dimanche en match de clôture de la 28e journée de L1, gros plan sur un joueur qui se définit comme « un guerrier ».

C’était le 15 décembre dernier. On joue la 59e minute du match Bordeaux-Valenciennes (2-1). Le milieu de terrain girondin Grégory Sertic demande à sortir du terrain. Il est remplacé par Cheick Diabaté. On apprendra après la rencontre que le joueur formé au club a souffert d'une crise de tachycardie. Quelques jours plus tard, son entraîneur Francis Gillot apprend aux médias que son joueur doit se faire opérer. Une opération qui doit le tenir éloigné des terrains « trois semaines environ ».

Mais surprise, le 11 janvier, l’ancien Lensois est titulaire pour affronter Toulouse (0-1) lors de la reprise de la Ligue 1. Sertic enchaîne les matches sans souci apparent jusqu'au 22 février contre Evian-TG (1-2). Ce soir-là, au stade Chaban-Delmas, deux coéquipiers doivent l'aider à rentrer aux vestiaires. Le malaise ne durera que quelques instants. Alors que Marc Planus s'échauffe pour le remplacer, Sertic reprend sa place normalement après la pause. Il déposera même le ballon sur la tête d’Henri Saivet pour le but de la victoire bordelaise. « Je suis un guerrier, a confié à RMC Sport le joueur âgé de 24 ans. Je ne lâche pas mon club comme ça. J’irai avec eux jusqu’au bout. »

« Je suis moins foufou qu'avant »

Si le joueur, tout sourire, possède un état d’esprit irréprochable, on lui signale que ces problèmes cardiaques à répétition peuvent être tout de même inquiétants. « Bien sûr que ça fait peur, reconnaît l’intéressé. On se dit que ça recommence, qu’il y a peut-être un autre problème. Mais le cardiologue était là. Ils m’ont fait des examens à la mi-temps. Tout allait bien. Je n’avais pas envie d’abandonner mes équipiers. Il y avait 1-1. En première mi-temps, j’étais un peu en dedans. Alors j’avais envie de montrer un autre visage. »

Bien entouré par le staff médical, épaulé par son coach Francis Gillot, le Bordelais assure qu’aujourd’hui « tout va bien au niveau de la santé » Il affirme gérer beaucoup mieux ses efforts, ne s’éparpille plus sur le terrain et balaye tout risque de rechute. « Quand je sens que je suis un peu fatigué, je le dis au coach. Il est à l’écoute et me laisse me reposer. Je suis moins foufou qu’avant. Je n’ai plus de souci avec ma santé. Je peux courir des kilomètres et des kilomètres. » Paroles d’un guerrier.

A lire aussi :

Toute l’actu de la Ligue 1

Di Meco : « L’OM doit oublier la troisième place »

EN VIDEO – Quand Falcao se prend pour Rocky

Aurélien Brossier avec Olivier Schwarz