RMC Sport

FC Nantes: Mogi Bayat s’explique dans l'After sur son rôle avec le club

L’agent Mogi Bayat, très actif dans le recrutement du FC Nantes, a assuré dans l'After ce lundi sur RMC qu'il ne voulait pas devenir le directeur sportif du club.

Très rare dans les médias, Mogi Bayat est intervenu dans l'After ce lundi soir sur RMC, alors qu’il était justement question de son travail de l’ombre en tant qu’intermédiaire. Car cet agent franco-belgo-iranien, diplômé en Belgique et passé par le club de Charleroi, travaille avec plusieurs clubs européens, mais surtout avec le FC Nantes, en France, depuis sa rencontre avec la famille Kita. Au point d'être devenu un directeur sportif officieux du club? Mogi Bayat le nie.

Bayat: "Je ne souhaite pas être le directeur sportif"

"Je suis tout simplement un professionnel, a-t-il expliqué sur RMC. Je travaille énormément avec le FC Nantes. Je ne souhaite pas être le directeur sportif de Nantes, ni d’aucun club. Je n’ai pas du tout envie d’arrêter d’être agent. J’aime beaucoup mon métier. Aujourd’hui, je suis intermédiaire, avec un diplôme belge. Qui a dit qu’on m’a confié quoi que ce soit ? On ne m’a rien confié du tout. Au club de Nantes, il y a Philippe Mao qui est le responsable du recrutement. Aucun joueur ne vient à Nantes sans être validé par la cellule de recrutement, par l’entraîneur, par l’adjoint, par tout le monde."

"On a participé à faire grandir le football belge"

Mogi Bayat est aussi connu pour son implication dans le "football gate" belge. Inquiété pour blanchiment dans le cadre du vaste scandale qui a éclaté en Belgique en 2018, après l’ouverture d’une enquête fédérale, il a été incarcéré pendant 47 jours puis libéré sous caution à l'époque. "Nelson Mandela a fait de la prison", a-t-il notamment rétorqué dans l'After ce lundi, repoussant les diverses accusations en les qualifiant de "masturbation cérébrale". 

Mogi Bayat, dont le frère Mehdi est devenu le président de la Fédération belge de football l’an passé, a aussi défendu son influence sur le championnat belge. "En tant qu’agent de joueurs, sur les dix dernières années, en ventes de joueurs, j’ai peut-être fait pour plus de 400 millions d’euros de transferts, a-t-il exposé dans l’After. Est-ce que c’est tuer le foot belge? On a participé à faire grandir le football belge. On a travaillé. Aujourd’hui, la Belgique est n°1 à la Fifa."

QM