RMC Sport

Fernandez : « Gagner à Marseille, un moment particulier »

Luis Fernandez a vécu de nombreux matches OM-PSG en tant que joueur mais aussi entraîneur

Luis Fernandez a vécu de nombreux matches OM-PSG en tant que joueur mais aussi entraîneur - -

Joueur puis entraîneur du PSG, Luis Fernandez a connu de nombreux "classico" entre l’OM et le PSG.

Certaines images restent gravées dans les mémoires pendant des années. Le 26 octobre 2002, le PSG s’impose (3-0) au Parc des Princes face à l’Olympique de Marseille et Luis Fernandez entame une danse le long du terrain qui reste dans les mémoires des supporters parisiens, et peut être marseillais. Quelques mois plus tard, l’OM espère bien tenir sa revanche sur son rival parisien et laver l’affront du match aller. Le PSG s’impose sur le même score qu’au match aller. « C’est l’année où nous avions Ronaldinho, se souvient Luis Fernandez, entraîneur parisien cette saison là. Ce sont des moments assez particuliers surtout quand on gagne à Marseille. Mais quand tu as l’occasion de les battre deux fois dans l’année, on le marque au compteur. Ce sont de très bons moments, surtout pour les supporters. »
Un match retour au Stade Vélodrome marqué par plusieurs incidents et une image choc : celle d’un Luis Fernandez protégé à l’occasion de cette rencontre par le GIPN (Groupe d’intervention de la police nationale) par crainte de violences physiques envers le technicien parisien. « C’était surtout dut au résultat du match aller ou nous avions gagné 3-0. Les supporters marseillais ont sans doute pensé que j’en avais fait un peu trop avec mes pas de danse. Je n’ai pas pensé à ça sur le coup, j’étais surtout heureux car marquer contre l’OM, c’est toujours une émotion particulière. Le retour a donc été un peu chaud et on a pensé qu’il valait peut être mieux que je bénéficie d’une certaine protection. Finalement, ça ne s’est pas trop mal passé puisqu’on a gagné. Et puis contrairement à ce qu’on peut dire, j’avais des supporters marseillais derrière moi et on ne m’a pas frappé ni touché. A Marseille comme à Paris, ils savent mettre l’ambiance donc c’est déjà oublié. »

Des matches tendus

S’il a connu des OM-PSG en tant qu’entraîneur, Luis Fernandez en a également vécu en tant que joueur. « C’est un match différent. Mais il y avait moins de rivalité entre les deux clubs à l’époque où j’étais joueur, explique-t-il. En fait, cette rivalité est née lorsque Bernard Tapie est arrivé à l’OM. Avant cela, le vrai choc du championnat, c’était entre Marseille et Bordeaux. Cette rivalité entre le PSG et l’OM, je l’ai donc plus connu en tant qu’entraîneur. C’est un match assez particulier, notamment dans sa préparation. Il y a d’ailleurs eu une période où l’atmosphère sur le terrain n’était pas bonne. » Référence notamment au match de la saison 1999/2000 au Stade Vélodrome (4-1) où Jérôme Leroy et Laurent Leroy avaient tous deux été expulsés. « Aujourd’hui, l’ambiance est meilleur, note Luis Fernandez. Dans les tribunes, ça s’arrange un peu même si ça reste toujours tendu. En tout cas je ne souhaite qu’une chose, c’est que le match se déroule dans de bonnes conditions. »

La rédaction