RMC Sport

Féry : « Le chef d’entreprise, c’est moi »

Loïc Féry

Loïc Féry - -

Christian Gourcuff n’avait que modérément accepté le transfert de Mario Lemina à Marseille dans les dernières heures du mercato. Invité de Luis Attaque, le président de Lorient, Loïc Féry répond aux critiques de son entraîneur.

Lemina, une affaire de sous

« Pour faire simple, le transfert de Mario Lemina était nécessaire pour assurer l’équilibre financier du club sur la saison à venir. Tout le monde ne le sait peut-être pas, mais les revenus des clubs de foot (droits télé, affluences, billetterie) ont tous baissé. Il était nécessaire de faire quelques transferts sur des joueurs qu’on avait identifiés, sur un plan d’action validé avec Christian Gourcuff. A cause du manque d’activité, ces transferts ne se sont pas réalisés comme on le pensait. Dans les 36-48 dernières heures, nous avons reçu deux offres que nous avons considérées significatives et importantes pour deux de nos joueurs cadres identifiés comme des joueurs que nous souhaitions garder. L’une d’entre elle a abouti. En acceptant ce transfert, je n’ai jamais eu l’impression de mettre en danger la pérennité financière du club. »

Le clash avec Gourcuff

« Trente-six heures avant la fin du mercato, j’ai longuement échangé avec Christian Gourcuff sur le fait que j’allais devoir me résoudre à accepter l’une des deux offres qui se préparaient pour nos deux joueurs. Finalement, une seule a abouti. C’est celle de Mario Lemina. Il m’a fait part du fait qu’il ne voulait pas que ces joueurs partent, il a déploré la nature du marché des transferts qui fait que les transferts continuent alors que la saison est lancée. Il a raison sur ce point. Il a également déploré que les offres arrivent au dernier moment et qu’on ne puisse pas planifier notre recrutement. Il a parfaitement raison là aussi. Christian Gourcuff est un homme droit. On a énormément de respect l’un pour l’autre. Le chef d’entreprise, c’est moi. »

Les employés du club face à leurs responsabilités

« L’objectif c’est le maintien. Une fois qu’on atteint cet objectif, d’autres objectifs peuvent se matérialiser. On construit dans la durée pour pérenniser le club en Ligue 1. Autant la déception de Christian est légitime, mais sa réaction ne l’est pas. Il est de la responsabilité des employés du club de protéger le club qui les emploie. Je regrette que ses commentaires aient été publics. Cette situation n’est agréable pour personne. Je tiens à affirmer fortement que j’investis depuis 4 ans pour développer ce club. Je ne cherche pas à diviser, j’ai toujours pris une discussion en concertation avec Christian. Après, on est d’accord ou pas. »

> Féry « comprend » la déception de Gourcuff

> Ligue 1 : ce qu’il faut retenir de la 4e journée

> La classement de Ligue 1

Luis Attaque