RMC Sport

France-Qatar : le nouvel axe fort

Nasser Al-Khelaifi, le nouvel homme fort du PSG

Nasser Al-Khelaifi, le nouvel homme fort du PSG - -

Alors que l’Europe est en pleine crise, le foot français, où affluent désormais les fonds étrangers, n’a jamais été potentiellement aussi riche. RMC Sport s’intéresse cette semaine à l’apport de ces nouvelles fortunes. Troisième et dernier volet : les relations de plus en plus étroites entre la France et le Qatar.

Difficile d’imaginer plus bel ambassadeur. Présent sur scène pour vanter les mérites de la candidature qatarie à l’organisation de la Coupe du monde 2022, le 2 décembre 2010 à Zurich, Zinedine Zidane a été le premier lien mondialement visible unissant la France et le Qatar dans le domaine footballistique. Depuis un an, ces relations se sont renforcées, jusqu’à constituer un axe fort de la politique sportive entre les deux nations. Avec le rachat du Paris Saint-Germain par Qatar Sports Investments, puis l’entrée fracassante d’Al Jazira Sport dans le paysage audiovisuel français, difficile d’échapper à la vague de l’émirat du Proche-Orient, troisième producteur gazier du monde, sur le football hexagonal.

« Ils sont très présents en France, dans plusieurs secteurs, souligne Pierre Lellouche, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur. C’est une bonne chose. On en a besoin pour notre économie. Pourquoi le font-ils ? Car ils ont de l’argent… ». Bien aidé par les relations diplomatiques au beau fixe entre les gouvernements des deux pays – le Qatar est l’interlocuteur privilégié de la France au Proche-Orient – le football tricolore est donc un heureux bénéficiaire de cette conjoncture. « L’arrivée de cet actionnaire d’un pays ami de la France et respecté dans le monde entier est une très bonne nouvelle », lance même Frédéric Thiriez, le président de la Ligue nationale de football (LFP). Ceci avant même les arrivées programmées d’Ancelotti ou Beckham dans la capitale…

Douillet : « Travailler en partenariat »

Profitant de la volonté du Qatar de s’implanter massivement et durablement dans le domaine du sport, avec par exemple l’organisation du Mondial masculin de handball en 2015 ou le partenariat avec le Prix de l’Arc de Triomphe depuis 2008, le football hexagonal jouit de nouvelles ressources financières. Le recrutement estival de Javier Pastore (42 millions d’euros) par le PSG en témoigne. Mais plus qu’une histoire de « gros sous », les sphères dirigeantes des deux pays veulent mettre en place un projet commun.

« Nous travaillons déjà beaucoup en termes d’échanges sur le plan sportif avec nos amis du Qatar, appuie David Douillet, le ministre des Sports. Je trouve que leur politique sportive et d’investissements est cohérente et c’est ce que nous faisons aussi en France. Je leur ai proposé de travailler en partenariat sur ces sujets. (…) C’est véritablement un très grand projet de société que de se projeter comme cela dans l’avenir. C’est exactement ce que les Qataris font. » Une association qui pourrait permettre au foot français d’entrer définitivement dans une nouvelle dimension.