RMC Sport

Garde : « On reste très ambitieux »

Rémi Garde

Rémi Garde - -

Rémi Garde savoure la victoire de son équipe face à Ajaccio (2-0), ce dimanche lors de la 5e journée de Ligue 1. Un succès qui permet à Lyon, toujours invaincu cette saison, de s’installer en haut du classement.

Que vous inspire ce succès face à Ajaccio ?

C’est une bonne victoire. On vient de passer 15 jours un peu éparpillé. Beaucoup de joueurs étaient en sélections. Certains, comme Dejan (Lovren) et Lisandro, revenaient de blessure. Il y avait des niveaux de forme disparates et un collectif à retrouver. Au final, c’est une belle satisfaction.

Votre défense s’est à nouveau montrée solide…

Ne pas encaisser de but, c’est un axe de travail qu’on a depuis le début de la saison. Quand on y parvient, c’est bien. Je n’oublie pas qu’Ajaccio a eu deux actions chaudes. Mis à part ça, on a relativement bien contrôlé cette équipe qui voulait évoluer en contre. C’est un bon signe pour cette nouvelle charnière (Lovren-Bisevac). Mais c’est un travail collectif.

Comment accueillez-vous ce bon début de saison ?

Treize points sur quinze, c’est bien. On a joué trois fois à domicile. Ce n’est jamais facile. C’est bien d’avoir débuté de cette manière. On a été sérieux. J’ai bien aimé notre première mi-temps aujourd’hui. C’était difficile de trouver de la profondeur parce qu’Ajaccio évoluait très bas. Malgré ça, on a eu le monopole du ballon et quelques situations.

Qu’est-ce qui a changé dans votre effectif par rapport à la saison passée ?

Il y a des jeunes joueurs qui ont eu un an de plus. Il y a plus de maturité. Par exemple, chez Maxime Gonalons. Et puis un joueur comme Steed Malbranque apporte aussi de l’expérience au milieu de terrain. C’est le cas également de Milan Bisevac derrière.

Le statut d’outsider vous enlève-t-il un poids dans ce championnat ?

On reste très ambitieux, de toute façon. Outsider à Lyon, ce n’est pas une situation normale par rapport aux dernières années. Je ne suis pas sûr qu’on soit si outsider que ça. On essaie de bien travailler. J’essaie de tirer le maximum de ce groupe qui va maintenant pouvoir apprendre à vivre et à trouver sa direction.

Propos recueillis par Edward Jay, à Lyon