RMC Sport

Gignac : « J’ai le sang bleu et blanc »

-

- - -

Présenté ce mardi, le nouvel attaquant olympien, qui a toujours été un fan absolu de l’OM, souligne sa fierté de porter le maillot marseillais et ses ambitions pour la saison à venir.

André-Pierre Gignac, que ressentez-vous après vous être engagé avec l’Olympique de Marseille ?
Je dis souvent à mes amis que j’ai le sang bleu et blanc. C’est une image, mais c’est surtout une fierté de porter cette tunique. J’ai plein de photos où enfant j’ai le maillot marseillais sur les épaules. Un rêve d’enfant se réalise ! Mais, je pense que c’est un objectif pour tous les joueurs de Ligue 1 quand on aspire au haut niveau. L’OM est quelque chose de grand.

Vous n’avez donc pas hésité longtemps avant de dire oui à un transfert…
Ma décision a été prise instantanément. J’ai dit il y a trois ou quatre ans dans différents articles de presse qu’un jour je porterai ce maillot. J’en étais intimement convaincu. J’ai 24 ans maintenant. Depuis ce temps, j’ai acquis de la maturité. J’ai mis des barrières rapidement avec mes proches (eux et Gignac sont de la région marseillaise, ndlr) parce que j’ai une carrière à mener aussi. Il n’y a plus de soucis à ce niveau.

N’avez-vous pas peur de la pression et du contexte marseillais ?
Non. Je fais partie d’un collectif. Il va y avoir des résultats à avoir ici à Marseille. Mais ça va être extraordinaire de jouer devant 60 000 personnes au Stade Vélodrome. C’est ce qui me manquait un peu à Toulouse on va dire. Ma blessure ? J’ai repris la course et les appuis. On va voir au jour le jour avec le staff médical. Mais ça va mieux.

« Un rêve d’enfant se réalise ! »

Avez-vous un objectif chiffré en termes de buts ?
Non. Je veux simplement marquer. C’est pourquoi l’OM m’a fait venir. Je veux être performant, et que l’équipe le soit. Toulouse a un jeu différent de l’Olympique de Marseille. C’est à moi de m’adapter au collectif. Je suis un attaquant axial. Mais pour les besoins de l’équipe je peux jouer où l’entraîneur me dira de jouer. J’ai une envie débordante de tout donner.

On va forcément vous comparer à Mamadou Niang…
Non, je ne pense pas. Il a fait de grandes choses à l’OM. Il a marqué beaucoup de buts. C’est un grand joueur et un grand monsieur. J’ai beaucoup de respect pour ce qu’a fait Mamadou à Marseille. Maintenant, c’est à moi de prouver que je peux faire aussi bien que lui.

Le souvenir de l’équipe de France est-il effacé ?
C’est du passé. Il faut avancer. Maintenant, j’ai la chance de jouer dans un grand club qui va disputer la Ligue des champions et lutter pour le titre. L’équipe de France reste un objectif et j’ai envie d’y goûter à nouveau très rapidement.

F.G. à Marseille