RMC Sport

Girard-Courbis, chaudes retrouvailles

René Girard et Rolland Courbis

René Girard et Rolland Courbis - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Ancien coéquipiers et vieilles connaissances sur les bancs de touche, René Girard et Rolland Courbis se retrouvent ce dimanche à l’occasion de Lille-Montpellier (14h). Un match forcément particulier pour l’ancien et le nouveau coach du MHSC.

Les retrouvailles entre Montpellier et René Girard

René Girard : « Je parle de mon équipe. Les autres, je constate, c’est tout. Ce que j’ai vu, c’est qu’ils avaient fait une première partie de saison assez délicate. Je dirais en deux mots qu’ils n’étaient pas là où l’équipe devait être. Il y a eu du changement, du renouveau, l’équipe est là. Tant mieux pour eux. »

Rolland Courbis : « J’essaie de faire passer ce petit conseil aux joueurs que j’entraîne. Il y a les avantages et les inconvénients de rencontrer un entraîneur qu’on a connu. Je pense que dans la préparation du match, ça se précise. Je pense que les joueurs que j’entraîne, et que j’ai le plaisir d’entraîner, dans la préparation de notre match, ils joueront contre Lille. Ils joueront contre les joueurs de Lille, entraînés par René Girard. Ils ne se tromperont pas d’adversaire. »

Une vieille amitié

René Girard : « Tout va bien. On était en équipe de France juniors ensemble. C’est un bon pote. Je n’ai pas de problèmes particuliers. Ce n’est pas parce qu’il est arrivé à Montpellier qu’il devrait y avoir des problèmes aujourd’hui. Il vit sa vie, je vis la mienne. Tout va bien, la relation est très, très bonne. »

Rolland Courbis : « M’occuper de l’entraîneur de l’équipe d’en face, cela ne m’est jamais arrivé et cela ne m’arrivera jamais. Même si j’ai de la sympathie et que je sais qu’il s’appelle René Girard, et qu’il a coaché pendant quatre ans ici avant moi. Je suis très heureux de le savoir mais c’est l’équipe que j’entraîne qui rencontre l’équipe qu’entraîne René. Je crois que ça se passera sur le terrain. On a l’espoir de gagner à Lille. Cela peut paraitre prétentieux mais pour moi, ce n’est pas prétentieux. C’est simplement un objectif qui me parait réalisable. Quel que soit le résultat, en cas de victoire, ce ne sera pas l’entraîneur de Montpellier qui battra l’ex-entraîneur de Montpellier. Ce sera Montpellier qui battra Lille ou Lille qui battra Montpellier. Ou personne ne battra personne. »

Un match charnière

René Girard : « Il n’y pas longtemps, j’ai dit que le mois de mars ne serait peut-être pas un tournant mais un moment important du championnat. On reçoit deux fois de suite : Montpellier et Nantes. On sait aussi que deux matches à la maison, ce n’est jamais simple, comme deux matches à l’extérieur, ce n’est jamais simple non plus. Il faut être très attentif, mais d’abord, il y a Montpellier, c’est la première des choses, c’est toujours dangereux de se projeter derrière. Aujourd’hui, on n’a qu’une vision : c’est Montpellier qui se profile à l’horizon. C’est de bien gérer ce match, d’être le plus costaud possible parce que bien sûr c’est une équipe, contrairement à la première partie de saison, qui fait une deuxième partie avec un sans-faute. Il faudra être très vigilant. »

Rolland Courbis : « Si nous faisons le même match qu’à Lyon (0-0), sans aucune amélioration, nous n’avons aucune chance de ramener, même un tout petit point, de Lille. Dans les matches que nous avons faits, c’est notre moins bon match. Il faut impérativement que l’on soit meilleur dans tous les secteurs. J’espère que ce sera un bon résultat, mais que l’on puisse être meilleur que ce qu’on a été à Lyon, cela ça ne me paraît vraiment pas la mer à boire. Cela me paraît fort possible. »

A lire aussi :

>> OM : Labrune a trouvé son entraîneur

>> Comment Nantes va vivre sans transferts

>> Le classement de la Ligue 1

Propos recueillis par Jean Bommel et Julien Landry