RMC Sport

Giuly : « Je ne veux pas faire la saison de trop »

Ludovic Giuly

Ludovic Giuly - -

Auteur d’un bon début de saison, l’attaquant parisien est à la croisée des chemins. En fin de contrat en juin prochain, il évoque la suite de sa carrière. Interview Exclusive.

Ludovic Giuly, le PSG aborde une semaine capitale avec les confrontations à venir à Séville en Ligue Europa puis contre Rennes en championnat ?
Après une fin de mois d’août difficile, on entre dans le vif du sujet. On a deux gros matchs à venir. L’objectif est de faire un bon résultat à Séville et prendre les trois points contre Rennes. Personnellement, je vais découvrir cette Ligue Europa avec beaucoup d’ambition. C’est l’un des titres qui manquent à mon palmarès. Nous sommes dans une poule difficile. Mais on peut rivaliser avec tout le monde. On doit commencer à faire des séries si on veut rester en haut de l’affiche. On a une bonne équipe. L’ambiance est au beau fixe. On a simplement besoin d’enchaîner les victoires pour lancer notre saison.

Le coup de gueule de l’actionnaire majoritaire, Sébastien Bazin, avant le match d’Arles Avignon a-t-il eu l’effet escompté ?
Je n’ai pas pris l’intervention de l’actionnaire comme un coup de gueule. Il a dit ce qu’il pensait. Le message est passé. Il n’y a aucun problème à ce niveau-là. On sait qu’il nous fait confiance. Il n’a jamais lâché depuis qu’il a pris les rênes du club. A nous d’être à la hauteur de ses attentes sur le terrain en obtenant des résultats.

A titre personnel, on vous sent plus épanoui depuis le début de la saison…
C’est exact. C’est ma dernière saison à Paris. J’essaie d’en profiter au maximum et surtout de ne rien regretter. Ce qui est important dans une fin de carrière, c’est de partir la tête haute. Je suis plus libéré dans ma tronche. Aujourd’hui, je m’éclate sur le terrain comme si j’avais 20 ans.

Est-ce votre dernière saison tout court chez les professionnels ?
Pour l’instant, c’est ma dernière saison au PSG car je n’ai plus de contrat après le mois de juin prochain. On verra où je me situe dans la tête et dans les jambes à ce moment là. Vu comme c’est parti, je n’ai pas trop envie d’arrêter. On verra aussi en fonction des propositions ou si je décide de me consacrer davantage à mes enfants. Je prendrai la bonne décision en février ou en mars.

 « Je respecterai toujours les choix de Kombouaré »

Qu’est ce qui pourrait faire pencher votre décision ?
Avec une bonne hygiène de vie et de bons entraînements, on peut jouer aujourd’hui jusqu’à 35, 36 ans. Mais il ne faut pas faire la saison de trop. Je vais déjà essayer de bien finir celle là d’autant qu’il y aura beaucoup de matchs à disputer. 

Comment cohabitez-vous avec Antoine Kombouaré qui souhaitait votre départ cet été ?
Nous avons été très clair l’un vis-à-vis de l’autre. Je respecterai toujours ses choix. Le fait de ne pas être considéré comme un titulaire en début de saison m’a permis de me remettre en question. C’est peut être un mal pour un bien. Avec le coach, cela se passe bien. On fonctionne en confiance. Je vais me battre pour jouer le plus possible et l’embêter dans ses choix. Le coach a appris à mieux nous connaître. Il a aussi plus de choix que la saison dernière. Cela fait avancer le groupe.