RMC Sport

Gomis : « Je suis un privilégié »

-

- - -

L’attaquant lyonnais Bafétimbi Gomis était l’invité de Luis Attaque ce lundi au lendemain de son 100e but en Ligue 1 contre Valenciennes (1-2). L’occasion pour le buteur des Gones de faire le point sur une carrière atypique.

Bafé Gomis, vous l'attendiez ce 100e but en Ligue 1 ?

Oui. Je savais qu’il allait finir par venir. C’était important de renouer avec le succès. Marquer ce 100e but, je l’ai fait avec plaisir. Je ne m’en suis pas privé.

En parliez-vous avec vos partenaires ?

Non, ce n’est pas un aboutissement. C’est la récompense d’une carrière, d’une belle hygiène de vie, de tout un investissement. J’ai consacré ma vie au foot depuis mon plus jeune âge. J’étais content mais je savais que ça allait venir. J’en avais parlé avec Bernard Lacombe (le conseiller du président lyonnais Jean-Michel Aulas, ndlr) qui a connu cette situation lui aussi et avec le coach (Rémi Garde). Il fallait garder cette fraîcheur, faire les efforts et, de par ma position, je savais que j’allais me retrouver devant le portier valenciennois (Magno Novaes).

Vous étiez écarté en début de saison. Pensiez-vous alors atteindre les 100 buts avec l'OL ?

Oui, c’était une hypothèse. J’étais susceptible de partir mais je savais aussi que je pouvais réintégrer le groupe, comme cela s’est passé. Il fallait que je sois performant, ce que j’ai réussi à être jusqu’à présent.

« Le Brésil, c'est mon rêve »

Vous avez toujours affiché un bel état d'esprit...

C’est mon éducation. Je suis quand même un privilégié. J’ai la chance de faire de ma passion mon métier. Il y a beaucoup d’enfants qui rêveraient d’être à ma place. Mon quotidien n’a pas toujours été facile. C’est que du bonheur d’entrer sur un terrain, que ce soit en Ligue 1 ou en CFA, d’être en bonne santé et de prendre du plaisir sur le terrain. J’ai été aidé par mes coéquipiers qui m’ont dit des mots touchants, en disant qu’ils comptaient sur moi, qu’ils avaient besoin de moi. Je commence à avoir de la bouteille. Je me devais d’être là pour accompagner ces très bons joueurs qui commencent à s’affirmer, à l’image de Lacazette qui fait les beaux jours de l’Olympique Lyonnais.

Pensez-vous disputer la Coupe du monde au Brésil ?

C’est mon rêve. C’est la dernière compétition que je n’ai pas encore disputée. Un Mondial au Brésil, ça parle. C’est un pays qui respire le football. Il y a un staff de qualité. Je ne peux qu’être performant le week-end pour aspirer à être appelé. Beaucoup de joueurs font une belle saison. Bien sûr que je serai déçu si je n’y suis pas. J’ai passé pas mal de temps avec ce groupe mais c’est le football. C’est que je ne l’aurais pas mérité. Je donne tout pour ne pas avoir de regret.

Luis Attaque