RMC Sport

Gonalons : « On savait que cette saison serait compliquée »

Maxime Gonalons

Maxime Gonalons - -

Capitaine de l’OL, Maxime Gonnalons ne cache pas que les temps sont durs dans un club qui n’a plus gagné en L1 depuis cinq journées et pointe à la 14e place. Mais l’international français positive et ambitionne toujours l’Europe en fin de saison.

Maxime, comment vivez-vous la mauvaise passe de votre équipe ?

C’est sûr qu’on est dans le dur. On savait que cette saison serait compliquée et on était préparé pour ça. On a aussi connu des événements qui ne nous ont pas mis dans les meilleures conditions. On a subi énormément de blessures à certains postes, notamment des joueurs d’expérience. Ça ne nous a pas aidés et on est dans la difficulté aujourd’hui. On est tous conscients de notre situation. On fait quand même en sorte de positiver. On reste l’Olympique Lyonnais et on se doit de faire mieux que notre 14e place actuelle.

Quel est l'objectif désormais ?

L’objectif du club est de jouer l’Europe, comme il le fait depuis de nombreuses années. Certes, on n’a plus l’effectif qu’on a pu avoir dans le passé mais il y a de la qualité. Mais on a besoin d’avoir tout le monde. On doit s’appuyer sur un collectif car on n’a pas les mêmes individualités qu’à Paris ou Monaco. On fait le dos rond en ce moment mais on sait que, si on garde le même état d’esprit que depuis deux ou trois matches, ça va revenir.

Une qualification européenne parait tout de même très compliquée...

Quand on parle d’Europe, c’est la Ligue Europa. On ne peut plus trop penser à la Ligue des champions, même si on est des compétiteurs et qu’on a envie de la jouer chaque année. En tout cas, il va falloir batailler parce qu’on a beaucoup de retard aujourd’hui. On essaie de réfléchir au mieux pour que les résultats reviennent.

Vous avez joué les deux derniers matches en défense centrale. Êtes-vous à l'aise à ce poste ?

Ce n’est pas complètement différent du poste de milieu défensif, où j’ai l’habitude de jouer. Défenseur, ça demande plus de concentration. Aujourd’hui, je dépanne parce qu’on est un peu démunis mais ma place est au milieu.

« On ne peut pas trop en demander aux jeunes »

La présence de beaucoup de jeunes dans l'effectif est-elle un handicap ?

C’est sûr que ce n’est pas évident pour eux. Quand je suis arrivé chez les pros, j’étais encadré par des joueurs qui avaient un certain vécu et avaient gagné des titres. C’était nettement plus facile. Là, ils sont beaucoup à être arrivés cette saison, à cause des blessures mais aussi parce que c’est plus compliqué pour le club au niveau économique. On ne peut pas trop leur en demander. Ils sont jeunes et ont besoin d’apprendre.

Vous avez d'ailleurs dû taper du poing sur la table récemment...

Oui, il y a eu certaine « polémique » avec Samuel Umtiti (qui s’était fait livrer une Maserati au siège de l’OL). Je lui ai dit les choses simplement. Il n’y a rien eu d’alarmant et il a très bien compris le message. C’est quelqu’un que j’apprécie, qui a été formé au club et dont je connais le caractère. Il a le droit de se faire plaisir. On a tous travaillé très dur pour en arriver là. C’est juste une question de principe. Mais il n’y pas de problème entre Sam et moi ou le reste de l’équipe.

Dans deux semaines, vous allez disputer le derby contre Saint-Etienne, qui a fait forte impression dimanche dernier contre le PSG (2-2). Craignez-vous cette rencontre ?

On fera les comptes à la fin. J’ai vu la fin de leur match et, même à dix contre onze, ils ont réussi à tenir tête au PSG. C’est une bonne équipe mais un derby est un match à part. Peu importe la situation des deux équipes. Mais avant, il y a aura un match contre Guingamp à domicile, qu’il faudra absolument gagner.

Saint-Étienne va-t-il finir devant Lyon cette année ?

Non.

A lire aussi :

>> Lyon : les supporters interdits de derby

>> Lyon s’écrase sur le Rocher

>> L'actualité de la Ligue 1

Luis Attaque