RMC Sport

Gourcuff : « Une page qui se tourne »

-

- - -

La recrue lyonnaise évoque son départ un peu de Bordeaux et ne ressent pas de pression particulière en dépit de son transfert record et des espoirs que les dirigeants lyonnais ont placés en lui.

Yoann Gourcuff, quel est votre état d’esprit ?
Je suis content. Il va falloir que je digère mon départ de Bordeaux parce que j’ai passé deux belles années là-bas en étant dans un bon groupe. Je suis content et fier d’avoir travaillé avec Laurent Blanc et Jean-Louis Gasset qui m’ont fait évoluer en tant que joueur. Avec eux, ça s’est très bien passé. Je ne retiens quasiment que des bonnes choses : un groupe sain, des supers mecs et une bonne ambiance. Ce n’était pas facile de dire au revoir, mais c’est le football. C’est une page qui se tourne, avec un nouveau challenge pour moi et une nouvelle expérience. J’espère que ça va bien se passer et que je vais pouvoir encore progresser.

Pourquoi avoir choisi Lyon ?
Lyon est un grand club avec un effectif de qualité. J’espère réaliser de belles choses ici. C’est une décision qui s’est construite avec le temps. Quand j'ai repris l'entraînement à Bordeaux j’ai d’abord voulu retrouver une atmosphère saine et le plaisir de jouer au football sans me projeter sur l’avenir. Avec le temps j’ai réfléchi et les deux clubs ont réussi à se mettre d’accord. Il y avait d’autres pistes, mais... Lyon était bien pour moi.

Est-ce le plus grand challenge de votre carrière ?
Je vais faire du mieux que je peux en donnant le maximum. Je ne me sens pas plus important qu’un autre car le football est un sport collectif. Il faut miser sur tout un groupe pour réussir. On l’a fait avec Bordeaux il y a deux ans, donc j’espère que je pourrais faire de même ici.

Votre arrivée est très attendue au sein d’un groupe lyonnais qui se cherche dans le jeu depuis le début de saison. Vous sentez-vous dans la peau d’un messie ?
Pas du tout. Le football est un sport collectif. Mes qualités sont faites pour jouer en équipe donc je m’inscris dans un collectif. Je vais essayer de bien m’intégrer et de faire connaissance avec mes nouveaux camarades. 

Ne ressentez-vous pas une pression particulière ?
Je ne ressens pas de pressions particulières. Je vais essayer de donner le meilleur de moi-même et de progresser parce que je n’ai que 24 ans. J’espère surtout bien m’entendre avec mes coéquipiers et travailler correctement au quotidien.

L’OL n’a jamais retrouvé un chef d’orchestre comme Juninho. Penser-vous incarner ce rôle?
Je ne me considère pas comme un chef d’orchestre. J’espère juste prendre beaucoup de plaisir sur le terrain et gagner un maximum de titres.

Jouer dès samedi contre Lorient est un sacré clin d’œil puisque votre père entraîne les Merlus…
C’est sûr, le destin est parfois étrange. Emotionnellement, jouer contre mon père n’est pas forcément évident. Pour l’instant, je n’y pense pas. Je vais d’abord prendre contact avec mes partenaires et on verra d’ici samedi.

Propos recueillis par Edward Jay