RMC Sport

Grand Stade : Aulas fait le forcing en hauts lieux

Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas - -

Le patron de l’Olympique Lyonnais est allé plaider la cause de son projet de Grand Stade, mercredi à Paris. La montre tourne dangereusement pour OL Land, qui doit faire face à une opposition déterminée et active.

« Il faut que la construction du Grand Stade soit classée d’intérêt général, car si ce n’était pas le cas, il n’y aurait plus de possibilité de développer le football professionnel dans une ville comme Lyon et dans un pays comme la France. » Tel est en substance, et en ces termes alarmistes, le discours tenu mercredi par le député-maire PS de Lyon, Gérard Collomb, et Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais, au secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant pour défendre le projet d'avancement du Grand Stade prévu pour remplacer l’enceinte de Gerland. Le 23 décembre, JMA avait déjà plaidé la cause de « son » projet à la ministre des Sports, Chantal Jouanno.
Les responsables lyonnais attendent impatiemment la déclaration d'intérêt général du projet qui doit être signée par le Premier Ministre François Fillon. Selon Collomb, Guéant les a assurés d’une réponse dans « les dix jours ». Une série d’enquêtes publiques (onze) seront ensuite lancées en avril, a ajouté la maire de Lyon qui table toujours sur une inauguration d’OL Land en décembre 2013. Le projet, qui doit voir le jour sur le site du Grand-Montout à Décines (Rhône), rassemblera dans un vaste complexe sportif et commercial un stade de 60 000 places, des bureaux, des hôtels et des boutiques. OL Land devrait être une des pièces maîtresses de l’Euro 2016.

Reste que le projet Grand Stade a des opposants virulents. Alors que les opérations de déboisement ont débuté, Michel Forissier, maire de Meyzieu, commune de l’est lyonnais, n’en démord pas. « Il y a très peu d’élus lyonnais qui croient à la réalisation de ce stade, l’environnement est saturé, ce stade n’est pas un cadeau pour les riverains. » Un point de vue partagé par Philippe Meunier, député de l’est lyonnais. « Il y un problème d’aménagement du territoire et de maîtrise de l’argent public. »
Tram, métro, voirie… le Grand Stade obligera l’agglomération lyonnaise à aménager un réseau de transports publics permettant d’acheminer les spectateurs. « Je me suis engagé à faire sortir les gens en moins de 30 minutes, contre 1h30 aujourd’hui à Gerland », a promis Collomb. « Il y a deux préalables à la construction du Grand Stade, répond Forissier : un métro et le contournement ouest de l’agglomération lyonnaise, et ça ce n’est pas avant quinze ans. Alors comprenez que ce n’est pas demain la veille qu’on verra un stade au Montout. »

Meunier : « Je ne suis pas là pour servir la soupe au privé »

S’agissant de l’argument financier, Meunier enfonce le clou. « Les aménagements vont coûter 300M€, je ne mets pas cette somme là pour une société cotée en bourse, je suis un élu de la République, je ne suis pas là pour servir la soupe au privé. » Un argument balayé par Collomb, accusé par les « antis » de jouer le jeu d’intérêts économiques. « Je n’ai aucun intérêt dans l’OL, se défend le maire de Lyon, Aulas n’a aucun intérêt par rapport au développement de la ville, nous avons des intérêts convergents. » Interrogé jeudi sur RMC, le patron de l’OL met en avant l’intérêt collectif. « Avec 3000 emplois à la clé, cette campagne est amorale. »
Le nouveau stade de l’OL verra-t-il le jour ? « Le dossier devrait être clos, déclare Forissier. Aulas avait donné jusqu’à décembre 2010 pour obtenir l’arrêté d’intérêt général. » Collomb lance un avertissement. « Si l’Euro 2016 se faisait sans Lyon, ce serait hallucinant, et nos amis turcs pourraient se dire qu’ils ont été floués. » Le 28 mai prochain, le comité d’organisation de l’Euro 2016 doit déposer à l’UEFA la liste des onze stades (dont deux réservistes). Pas sûr que le permis de construire soit délivré d’ici-là. « Je peux vous certifier que le Grand Stade verra le jour, tonne Aulas. Je n’ai aucune inquiétude. Il n’y a pas d’alternative pour l’Euro 2016. » « Leur bateau est en train de couler et ils font comme si tout allait bien », glisse Forissier. Le rendez-vous à l’Elysée prend tout son sens.

Louis Chenaille (avec E.J. à Lyon)