RMC Sport

Guingamp-Monaco : L’ASM garde le rythme

Layvin Kurzawa, auteur du deuxième but monégasque à Guingamp

Layvin Kurzawa, auteur du deuxième but monégasque à Guingamp - -

Rapidement réduit à dix, Guingamp n’a rien pu faire samedi contre l’ogre monégasque (0-2). Emmené par un James Rodriguez encore étincelant, l’ASM enchaîne un cinquième succès de suite et reste à deux points du leader parisien.

Le millésime 2013 a visiblement tout d’un grand cru pour les promus. Guingamp et Monaco, après avoir décroché leur accession en Ligue 1 en mai dernier, voyagent plus que bien à l’étage supérieur. Pendant que l’ASM s’est imposée comme un concurrent direct au titre, son homologue s’est tranquillement installé dans la première partie du tableau. Entre deux des formations les plus séduisantes de l’Hexagone, le rendez-vous était forcément attendu ce samedi. Tout comme le spectacle. Et les vingt-deux acteurs ont tenu leur rang, au terme d’une partie très rythmée où les Monégasques ont su faire la différence rapidement (0-2). 

Enregistrant un cinquième succès de suite en championnat, les poulains de Claudio Ranieri dégagent au fil des rencontres une maîtrise collective et une facilité presque insultante. L’aisance, c’est justement le terme idoine quand il s’agit d’évoquer James Rodriguez. En l’absence de Radamel Falcao, le Colombien ne cesse de prendre de l’épaisseur. Créateur d’espaces, toujours disponible pour ses partenaires et un régal technique, le milieu a de nouveau été le grand artisan de la victoire monégasque. C’est d’abord lui qui, après moins de cinq minutes de jeu, délivre une offrande à Anthony Martial (0-1, 4e) d’une inspiration géniale alors qu’il était pourtant entouré de plusieurs Bretons. Peu avant la mi-temps, il est encore impliqué sur le deuxième but des siens, tirant le corner bien repris d’une jolie tête par le latéral Kurzawa (0-2, 42e). Les sixième et septième passes décisives et James prend la tête du classement des meilleurs passeurs. 

Pereira, jeu de main, jeu de vilain

« À 11 contre 10, on peut se permettre de faire courir Guingamp et essayer de se mettre à l'abri ». Eric Abidal, capitaine de l’ASM, savourait à la fin de la première période. L’expulsion de Jonathan Martins Pereira (22e), coupable d’une deuxième faute grossière, prenant le ballon avec les mains dans les pieds de James Rodriguez, a rendu la tâche moins compliquée. Mais les pensionnaires du Roudourou ont néanmoins fait preuve de pugnacité pour éviter de sombrer. Certes fébrile défensivement à dix, Guingamp, privé de son attaquant Yatabaré, a saisi chaque opportunité offensive. La frappe de Diallo qui s’écrase sur la barre peu avant la pause (45e) aurait notamment pu bousculer les certitudes de l’ASM. Tout comme ce frisson donné par Thibault Giresse, lequel voit sa frappe tendue échouer de peu au-dessus de la cage de Subasic (66e). 

Sereins tout au long de la rencontre, les joueurs de la Principauté ont ainsi parfaitement appréhendé leur déplacement au Roudourou, enceinte difficilement prenable cette saison (1 seule défaite lors des 8 derniers matches de L1 à domicile avant ce samedi soir). Une excellente chose de faite après la victoire acquise plus tôt par le leader parisien à Rennes (3-1) et qui permet de revenir à deux points de celui-ci. Si le Paris Saint-Germain compte le plus de joueurs dans la constellation de stars que propose dorénavant la Ligue 1, l’ASM peut se targuer de composer elle aussi avec un joyau. Un diamant brut dénommé James Rodriguez.

Lire aussi : 

>> Rennes-PSG : Paris repart vers l'avant

>> Pourquoi le 3-5-2 ne meurt jamais 

>> Toute l'actualité de la Ligue 1

R.D.