RMC Sport

Hoarau-Gameiro, un fauteuil pour deux

-

- - -

A l’occasion du choc contre Lyon, samedi soir (21h) à Gerland pour le compte de la 25e journée de championnat, l’entraîneur parisien Carlo Ancelotti devra trancher entre ses deux avant-centres. Un choix loin d’être évident.

S’il n’a pas encore un vocabulaire très étoffé dans la langue française, Carlo Ancelotti s’est déjà laissé aller à quelques traits d’humour lors de ses conférences de presse. A la veille d’un périlleux déplacement à Lyon (21h), le technicien italien a été longuement cuisiné sur sa ligne d’attaque. A Gerland, Carlo Ancelotti a décidé d’aligner un véritable avant-centre. « Cela peut-être Gameiro ou Hoarau », a-t-il indiqué. Mais qui aura sa préférence face aux Gones, a insisté un journaliste. « L’un des deux », lui a répondu Ancelotti, le sourire en coin.
Avec Sirigu, Kevin Gameiro est le seul Parisien à avoir participé aux 24 rencontres de Ligue 1. Et il ne s’est assis qu’une seule fois sur le banc. Auteur de 8 buts après seulement 10 journées, il n’en a inscrit que 2 lors des 14 journées suivantes. Dimanche face à Montpellier (2-2), il a manqué deux occasions avant de céder sa place à Guillaume Hoarau. Longtemps absent à cause d’une blessure à l’épaule, le Réunionnais (1 titularisation), lui, n’a pas manqué le caviar de Ménez. Et s’il avait marqué des points dans l’esprit de son coach ? « Je ne demande pas à un attaquant de marquer mais de jouer pour l’équipe », répond Ancelotti.

Ancelotti : « Je ne sais pas qui est le numéro un »

Jeudi, sur RMC, l’Italien avait indiqué qu’il n’avait établi aucune hiérarchie entre ses deux avant-centres. « Ils ont des qualités différentes, a-t-il déclaré. Gameiro est très bon pour prendre la profondeur. Hoarau est différent. Nous pouvons plus jouer avec lui car il est très bon pour contrôler la balle. C’est un joueur technique. Je ne sais pas qui est le numéro un. Gameiro a bien joué, il a marqué contre Evian (3-1) et a été dangereux lors de tous les matchs. Je suis content de ses performances. » Hier, l’ancien boss de Milan et de Chelsea a ajouté qu’il opterait pour « le joueur le plus adapté pour ce match. »
Une rencontre capitale à laquelle participera aussi Javier Pastore : « Je ne sais pas s’il débutera. Il a besoin de retrouver une meilleure condition physique. Il a été important contre Montpellier. » Et déjà indispensable ? « Aucun joueur n’est indispensable », répond Ancelotti. Surtout pas l’avant-centre…

AB avec LB