RMC Sport

Incidents de Furiani : Le préfet accuse le club

-

- - -

Alors que le président bastiais a largement incriminé les forces de l’ordre après les incidents intervenus samedi à la suite de la rencontre Bastia-PSG (0-4), le préfet corse lui a renvoyé la balle, dénonçant un cruel manque d’organisation du côté de la sécurité du stade.

La rencontre entre Bastia et le PSG s’était pourtant déroulée dans de bonnes conditions. Mais tout s’est gâté à la sortie du stade, alors que des CRS avaient bloqué la route qui devait permettre aux supporters corses de regagner leur véhicule. Résultat des échauffourées qui ont suivi : plusieurs blessés légers du côté des civils, parmi lesquels des très jeunes, et une grosse colère du côté du président bastiais, Pierre-Marie Geronimi, estimant que les CRS sont intervenus alors « qu’il ne se passait absolument rien ».

Une réunion prévue mardi matin

Le préfet corse Louis Le Franc n’a bien sûr pas tardé à réagir, rejetant la faute sur la direction du Sporting et pointant notamment l’absence d’un directeur d’organisation de la sécurité. « Pour une équipe qui joue en Ligue 1, c’est totalement anormal. Ça été dit plusieurs fois : il n’y a pas de directeur d’organisation de la sécurité. Ceci fait cruellement défaut. Toutes les équipes de L1 qui se déplacent ici à Furiani sont responsables. A aucun moment il n’a pu y avoir un contact avec les responsables du Sporting, et ça, je le regrette. D’ailleurs je vais les voir mardi matin avec le Procureur de la République pour leur dire ce que je pense de la façon dont tout ça s’est passé. » De son côté, Pierre-Marie Geronimi, le président du club insulaire, n’a pas exclu d’intenter une action en justice contre les responsables de la sécurité du côté des forces de l’ordre. Affaire à suivre.

Alexis Toledano, avec NJ