RMC Sport

Incidents de Nice-OM: Labrune réclame de l’aide au gouvernement

Deux jours après les débordements qui ont entraîné l’interruption du match de Ligue 1 entre Nice et l’OM, Vincent Labrune a adressé ce mardi un courrier au gouvernement, que RMC Sport a pu consulter. Le président de la LFP se dit très inquiet par les problèmes de sécurité dans les stades. Il réclame plus de moyens et des sanctions significatives.

Vincent Labrune tire le signal d’alarme. Deux jours après les incidents de l’Allianz Riviera, qui ont entraîné l’arrêt du match de Ligue 1 entre Nice et l’OM, le président de la Ligue de football professionnel sollicite l’aide du gouvernement. Dans un courrier que RMC Sport a pu consulter, l’ancien président marseillais s'adresse ce mardi à Gérard Darmanin, le ministre l’Intérieur, Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports, et Roxana Maracineanu, la ministre déléguée aux Sports.

"La sécurisation des matchs de football et la gestion de certains supporters sont particulièrement complexes", introduit Labrune, en référence à l’envahissement de terrain de certains supporters niçois, qui ont cherché à en découdre avec les membres de l’OM. Dans le chaos le plus total. Un débordement spectaculaire, qui fait écho à de nombreux incidents recensés dans l’Hexagone depuis la reprise de la L1.

Labrune exprime "son inquiétude"

Après seulement trois journées, la LFP rapporte des problèmes liés à cinq autres matchs: Montpellier-OM, Brest-Rennes, OM-Bordeaux, Lens-Saint-Etienne et Rennes-Nantes. Avec des jets d’objets, des bagarres violentes, des barrières forcées et "une recrudescence inquiétante d’utilisation d’engins pyrotechniques". Labrune dénonce "des faits inacceptables" et réclame de l’aide pour enrayer cette mauvaise spirale.

"Dans ces conditions, il me semble important de vous alerter pour vous faire part de notre inquiétude et vous rappeler que les pouvoirs de la LFP sont, somme toute, assez limités pour régler ces problèmes de violence et d’ordre public", écrit le président de la LFP. En réclamant des punitions à la hauteur des débordements: "Il est essentiel que les fauteurs de trouble soient sanctionnés significativement et, cela nécessite une action commune des clubs, des instances, des pouvoirs publics locaux et nationaux, mais aussi et surtout de la justice (...) Je me tiens donc, ainsi que les équipes de la LFP, à votre disposition pour participer aux travaux que vous voudrez bien conduire pour lutter contre cette tendance inquiétante et apporter des solutions pérennes pour une meilleure sécurisation des matchs de football".

Alexandre Jaquin avec Arthrur Perrot