RMC Sport

Jaffredo, d’Ivry-Bélimois à OM-PSG

-

- - -

A 41 ans, il arbitrera dimanche son premier « clasico » au Stade-Vélodrome. Volontairement protégé par la Direction Nationale de l’arbitrage, l’homme en noir était dans le Val-de-Marne ce week-end pour une rencontre du 7e tour de Coupe de France. Sacré contraste en perspective. Reportage.

Ivry-sur-Seine, commune du Val-de-Marne jouxtant la capitale, ne ressemble pas vraiment à Marseille. Quant à l’ambiance du stade de Clerville, elle est difficilement comparable à celle du Stade-Vélodrome. Ce grand écart, Lionel Jaffredo, 41 ans, va très vite le faire. Celui qui aura la lourde responsabilité d’arbitrer le choc entre l’OM et le PSG dimanche officiait le week-end dernier sur la pelouse de l’US Ivry, honnête formation de CFA. Habitué aux confrontations de L1 et de L2, l’homme au sifflet a été catapulté sur un 7e tour de Coupe de France (Ivry face au club martiniquais de Bélimois, 4-2). Un choix qui ne doit rien au hasard. La Direction Nationale de l’arbitrage n’a pas souhaité exposer son arbitre avant une rencontre sous très haute tension. Une « boulette » sur un match de Ligue 1 à huit jours du sommet aurait fait tache… C’est donc dans cette ville davantage connue pour son équipe de handball que Jaffredo s’est projeté pour la première fois sur le choc de la 15e journée. « Il y aura de la pression, prévient-il avec un certain détachement. La preuve, vous (les journalistes) êtes là aujourd’hui ! »

« Bien sûr qu’il y a un peu d’appréhension »

Détendu après une rencontre qui s’est déroulée sans aucun accroc et dans une atmosphère de fête grâce aux supporters martiniquais, cet arbitre XS (il mesure 1,66m) sait que sa semaine ne ressemblera à aucune autre. Après un léger footing ce lundi, une séance chez le kiné mardi, le stage de deux jours à compter de jeudi marquera la montée en puissance avant le coup d’envoi dimanche à 21h. L’intéressé sait que la nuit de samedi à dimanche sera forcément spéciale : « On est tout seul dans sa chambre d’hôtel, dit-il. On arrive à trouver le sommeil mais on pense fortement au match. »

S’il s’agira de son baptême lors d’un « clasico », Lionel Jaffredo tient à rappeler qu’il a déjà officié à deux reprises en tant que 4e arbitre. « Je n’arriverai pas la fleur au fusil, avertit-il. Et puis j’ai déjà arbitré l’OM deux fois cette année et Paris une fois. » L’homme en noir serait-il aussi imperméable à la pression que son discours le laisse transparaître ? « Bien sûr qu’il y a un peu d’’appréhension, concède-t-il. C’est toujours la même : la peur de mal faire. L’environnement d’un OM-PSG est spécial mais sur le terrain, il y a du respect entre les joueurs. » C’est en tout cas son souhait le plus cher.