RMC Sport

Jallet : « Les gens feraient mieux d’apprendre à connaître Ménez »

Christophe Jallet

Christophe Jallet - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Avant le déplacement à Nice vendredi (20h30), Christophe Jallet a réaffirmé ses ambitions en L1 mais aussi en Ligue des champions, où le PSG affrontera Chelsea en quarts. Le latéral droit en a aussi profité pour défendre Jérémy Ménez.

A Nice pour l'emporter

« Ça reste toujours dans un petit coin de la tête. On est professionnel et compétiteur. On sait que si on commence à le prendre par-dessus la jambe, ce ne sera bon ni pour le championnat, ni pour la Ligue des champions. Certes, Chelsea reste un grand rendez-vous qui monopolise l’attention mais en ce qui concerne le match de Nice, on sera à 100% comme on a pu l’être à Lorient la semaine passée (victoire 1-0). »

En quête de records en L1

« Je pense qu’on a vraiment envie de gagner tous les matchs jusqu’à la fin de saison. Bien sûr que c’est plus facile d’être dans notre position avec dix points d’avance sur le deuxième. On sait qu’on a une bonne option. Je pense qu’on n’a jamais été dans cette situation les années passées. Mais il n’y a pas de place pour le relâchement. On a envie aussi de marquer les esprits avec peut-être le plus de points, le plus de buts. C’est l’ambition des grands champions et des grandes équipes de vouloir toujours faire mieux. Le titre on le veut, mais si on peut faire encore mieux, ce sera parfait ! »

Un match ouvert contre Chelsea

« José Mourinho est un très bel orateur avec une communication hors du commun. S’il veut s’enlever la pression en nous mettant favori, libre à lui de le faire. Ce sera un match ouvert, les deux équipes peuvent se qualifier, il n’y en a pas une qui est plus favorite qu’une autre. A mon avis, ça va se jouer sur des petits détails. L’expérience qu’on a eue l’année dernière à Barcelone (en quarts de finale de la Ligue des champions) va pouvoir nous servir cette année. Le match aller (2-2 au Parc des Princes) a été déterminant dans la qualification de Barcelone. A nous de ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs, en essayant de commencer par un très gros match à domicile. »

Au secours de Ménez

« C’est quelqu’un que j’adore, il est vraiment touchant. C’est une personne qu’on aime connaître. De l’extérieur, il donne l’impression d’être vraiment timide et renfermé sur lui-même. Il ne donne pas l’image de quelqu’un d’heureux et d’avenant alors que c’est tout le contraire. Aujourd’hui, on se focalise sur l’image des gens sans vraiment chercher à savoir ce qu’il se passe derrière. Je ne suis pas non plus dans sa tête et dans sa position, mais je peux vous dire qu’il n’a rien perdu de ses qualités, c’est un très bon joueur. Même si parfois on aime lui tirer dessus, les gens feraient mieux d’apprendre à connaitre le personnage avant de tirer des conclusions trop hâtives. La concurrence ? De toute façon, quand on joue moins, on n’est jamais content. On peut toujours trouver des excuses. Dans la vie, on a que ce qu’on mérite. Si on joue moins c’est qu’on est moins bon et l’autre est sans doute meilleur. En ce qui me concerne, en match comme à l’entraînement, personne n’est à ma place. Les blessures font aussi partie du jeu. Il faut savoir parfois bosser deux fois plus. »

Son éventuelle prolongation de contrat

« Aujourd’hui non. Demain non plus... (rires) Avant la fin de saison peut-être. Mon souhait ? J’ai envie que l’aventure se prolonge le plus longtemps possible. Actuellement, la question de la prolongation ne se pose pas forcément. Je suis là et très content. Pourvu que ça dure. »

A lire aussi :

>> Mourinho : « Avec ce rêve, Zlatan est encore plus dangereux

>> Matuidi : « Si on battait Chelsea, on frapperait un grand coup »

>> Mercato : les quatre travaux d’été du PSG

Propos recueillis par Loïc Briley