RMC Sport

Jean-Michel Aulas : « Je suis inquiet »

-

- - -

Le patron de l’Olympique lyonnais ne cache pas que la nouvelle défaite au Mans tombe au plus mauvais moment avant la réception de Manchester et avec un Bordeaux plus que jamais sur les talons.

Jean-Michel, vos deux dernières confrontations (1-0 en quart de finale de la Coupe de la Ligue) avec Le Mans n’ont pas souri à l’OL. Les Sarthois sont-ils votre bête noire ?
Non, c’est une équipe qui sur un terrain plus propice au bon football, comme ça a été le cas à Lyon au match aller, nous avait réussi. Mais c’est vrai que deux défaites en peu de temps ce n’est pas un bon résultat.

On vous a vu remonté contre… la pelouse…
Oui, elle ne m’a pas plus du tout. Ça n’explique pas la défaite en tant que tel, mais pour voir un bon match de football il faut un bon terrain. C’est vrai qu’en France, il y a des pelouses qui ne sont pas dignes de ce que l’on peut revendiquer en première division. Je ne sais pas si ça a pénalisé nos joueurs, mais le résultat produit n’est pas celui escompté.

Etes-vous inquiet à quatre jours de la réception de Manchester en 8e de finale aller de la Ligue des Champions ?
Si je n’étais pas inquiet, je ne serais pas réaliste et lucide. Cette défaite est inquiétante par elle-même, mais aussi parce qu’à partir du moment où Manchester est l’une des meilleures équipes d’Europe, il faudra d’ici mercredi retrouver des vertus collectives.

Quelles sont les raisons de la défaite ?
Techniquement, Lyon est dans une période difficile parce qu’on a du mal à trouver des fondamentaux qui permettraient de compenser le travail collectif. C’est vrai que beaucoup de joueurs étaient en manque de matches comme Juninho et Sydney (Govou), et d’autres étaient grippés. D’autres étaient au repos sur le banc, en réserve pour mercredi contre MU. Mais bon…

Etes-vous surpris par cette défaillance ?
D’autres équipes perdront au Mans sur un terrain de ce type là. A Croix-de-Savoie, la victoire s’est jouée dans des conditions limites parce que le terrain était injouable. Quand vous avez des conditions difficiles, vous ne pouvez pas faire la différence uniquement sur les qualités techniques, il faut y mettre certaines vertus qui n’étaient pas suffisantes ce soir. Il faut reconnaître qu’on a été inférieur au Mans.

Bordeaux n’est plus qu’à quatre longueurs de Lyon avec un match en retard…
On n’a jamais dit que le championnat était joué. La marge de progression de Lyon est plus difficile d’une année sur l’autre. Cette année, Bordeaux a beaucoup progressé, Marseille revient très fort, Nancy reste dans le coup. Ce sera un championnat serré, ça nous obligera à jouer finement le championnat, la Coupe de France et la Ligue des Champions dès mercredi, mais là on endossera le maillot du challenger.

Et comme d’habitude, l’OL finira champion…
Cette année ce sera surement plus difficile que les trois dernières années. Les points qui se joueront à Gerland seront déterminants.

La rédaction - Fabien Lefort