RMC Sport

L’espoir fait vivre…

-

- - -

C'est la reprise...

J’ai envie de débuter cette nouvelle saison sur un air naïf. « L’espoir fait vivre », ça vous plaît comme proverbe ? C’est un classique de notre patrimoine. Ça sent bon la ruralité, deux petites vieilles qui font la queue à la boulangerie, elles ont des soucis, mais elles s’en tirent et finissent bien la journée grâce à Julien Lepers et au fameux « espoir qui fait vivre ».

Au moment de se plonger dans cette saison 2013/14, l’espoir d’un réveil du foot français se répand autant que l’huile coco sur les plages vulgaires et bondées du sud de la France. Là où on trouve les filles aux poitrines gonflées par le désir de vivre.

L’Equipe a même fait sa « Une » sur cet espoir. Tout va bien. Et c’est vrai qu’au minimum, il est difficile de ne pas constater que les voyants sont tous au vert. Reste juste à faire démarrer la voiture.

Les jeunes gagnent. Les nouveaux stades arrivent. Le public a envie de foot. Et puis il y a cette L1 qui offre des stars que, même en rêve, on n’aurait pas imaginé dans notre championnat il y a encore peu.

La dernière fois que j’ai envisagé une saison de façon aussi enthousiaste, c’était lors de l’été 2009. Ceux qui fréquentent le blog depuis longtemps s’en souviendront. Bordeaux était un beau champion ambitieux. Lyon venait de recruter Lisandro. L’OM avait Deschamps et Lucho ! Dans ma boule de cristal, je voyais même une belle LDC pour nos clubs. L’OL avait tapé le Real en 8e puis affronté Bordeaux en quarts ! Et enfin, l’OM avait été sacré champion.

Et si deux Argentins avaient suffi à m’émoustiller autant qu’un premier baiser estival, cette année, grâce aux Russes et aux Qataris, c’est « DSK party » tous les soirs ! On va quand même voir Falcao, Ibra et Cavani en L1 ! Alors certes, pour les supporters des autres clubs, les vedettes du Rocher et de la Capitale, c’est loin. C’est comme le gars qui, en boîte, bave devant des tops toute la soirée et repart en « last minute » avec un boudin.

Mais plus sérieusement et même si Paris et Monaco seront probablement devant, l’OL et l’OM ne se résignent pas et semblent se nourrir de cette émulation générale. Le joueur de L1 sera assurément plus concerné, impliqué, parce qu’il sait évoluer dans un championnat désormais plus regardé, plus compétitif.

Par ailleurs, impossible de ne pas voir de façon positive le travail qui est fait à Sainté, à Rennes. Avec Montanier, on parle technique et il paraît que tout le monde est heureux là-bas ! Lille est selon moi trop sous-estimé. Et même chez les « petits », il y a des choses à voir. Ravanelli à Ajaccio, intéressant non ?

On a beau en être qu’au stade des promesses, je les trouve plutôt très séduisantes. Et je n’ai pas envie de jouer le peine à jouir. Non parce que le rabat joie que j’aime être parfois pourrait aussi se souvenir qu’au bout de cette fameuse saison 2009/10, à laquelle je faisais allusion, il y avait eu la Coupe du monde en Afrique du Sud…

Une super saison de L1 et un Mondial sans les Bleus ? N’y pensons pas, ce n’est pas le moment. La liste de Deschamps pour le prochain match en Belgique est suffisamment déprimante.

Si ça tournait mal, il faudra alors expliquer que le fameux proverbe « l’espoir fait vivre » aurait été mal interprété au fil des siècles. Le poète François Villon trouvant inspiration dans l’alcool expliquait en effet que c’est la « poire qui fait vivre »… Ah la fameuse petite poire qu’on trouve dans les armoires à la FFF et à la LFP… Là-bas, elle n’a pourtant jamais inspiré personne…

Daniel Riolo