RMC Sport

L’OL à la recherche du jeu perdu

Alexandre Lacazette n'a toujours marqué cette saison.

Alexandre Lacazette n'a toujours marqué cette saison. - AFP

Séduisant et parfois spectaculaire la saison dernière, l’Olympique Lyonnais peine à reproduire le même jeu depuis le début de l’été. Un problème qui frustre les joueurs et qu’incarne le mutisme de la paire Fekir-Lacazette.

72 buts marqués, soit 1,9 par match, et la troisième meilleure attaque du championnat. La saison dernière, Lyon a séduit sur le plan offensif. Très joueuse, l’équipe d’Hubert Fournier a marqué les esprits avec un milieu en losange particulièrement efficace en soutien de ses deux attaquants. Un duo porté par Alexandre Lacazette, meilleur buteur du championnat avec 27 réalisations. Mais depuis le début de l’été, l’OL est méconnaissable. Après deux journées, la situation comptable est loin d’être inquiétante. Grâce à un succès étriqué et tardif à Guingamp le week-end dernier (1-0), les Rhodaniens comptent quatre points, autant que Monaco, et seulement deux de moins que le PSG.

Fournier : « Lacazette n’a pas perdu son talent »

Mais en matière de jeu, rien. Deux prestations insipides incarnées par le mutisme de Lacazette et Fekir aux avant-postes. « Je rappelle qu’on a quand même le meilleur joueur du championnat de la saison dernière. Il n’a pas perdu son talent et il est important aussi pour ces joueurs-là d’avoir du temps de jeu pour pouvoir, avec Mathieu (Valbuena), avec Nabil (Fekir), trouver une certaine complicité, rassure Hubert Fournier avant la réception de Rennes ce samedi (17h). Ça se travaille à l’entraînement mais surtout en match, afin qu’ils retrouvent des positions et des enchaînements qu’ils avaient l’habitude de faire la saison dernière. » Recruté pour fluidifier le jeu de l’OL, Mathieu Valbuena sera encore aligné en pointe haute du losange lyonnais ce samedi, en soutien de Lacazette et Fekir.

Un vestiaire frustré par son niveau de jeu

La saison dernière, Lyon avait enchaîné 17 journées consécutives en marquant au moins un but. « C’est le jeu qui était le nôtre l’année dernière, on prenait beaucoup de plaisir à développer ce jeu-là, on faisait les efforts les uns pour les autres… C’est à nous de retrouver tout ça, ce n’est pas possible qu’on ait perdu notre football en quelques mois, donc c’est sûr que ça va revenir », répète Jordan Ferri. Et la nostalgie pointe déjà le bout de son nez dans le vestiaire d’un groupe frustré, comme le concède le milieu de terrain formé à l’OL. « C’est vrai que c’est rageant à la fin du match de voir qu’on n’a pas développé le jeu qu’on était censé développer. Il y a une certaine frustration, on en parle beaucoup et notre objectif premier, c’est de retrouver ce jeu-là. » Les vœux de jeu seront-ils exaucés contre Rennes ? Pour Hubert Fournier, la priorité est ailleurs. Elle est avant tout comptable.

R.F (avec E.J)