RMC Sport

L’OL reste zen

-

- - -

16e au classement avec un point pris après deux matchs, l’OL n’avait pas fait pire en Ligue 1 depuis la saison 1992-1993. Retour sur un départ raté qui n’inquiète pourtant pas les décideurs lyonnais.

Ce mardi matin au centre de Tola Vologe, l’ambiance était plutôt à la rigolade. A l’image de Cris qui a profité de son passage aux soins pour chambrer les gardiens à l’entrainement, visages de joueurs étaient souriants et détendus. Malgré un départ raté, (1 point pris en 2 matchs) et une infirmerie pleine à craquer (Delgado, Ederson, Cris, Bastos, Lisandro Lopez) la maison OL ne panique pas. Si pour Maxime Gonalons, « les deux blessures contre Caen (Cris et Bastos) vont nous faire beaucoup de mal », le club garde confiance en son groupe, comme l’a confirmé l’entraîneur Claude Puel à la veille du match face à Caen : « On a un effectif conséquent avec des joueurs très performants. »

Dans la continuité d’une fin de saison poussive et d’une préparation peu convaincante (2 victoires, 2 nuls, 2 défaites), l’équipe lyonnaise peine à imposer son jeu. L’absence de Lisandro Lopez pèse sur le rendement de l’équipe. Victime d’une inflammation de la gaine du tendon d’Achille contractée lors du stage d’avant-saison à Tignes, le buteur argentin ne s’entraine toujours pas avec le groupe. Suivi de près par un collège de trois médecins, la date de son retour reste pour le moment impossible à préciser.

Les caisses sont vides

Discret sur le marché des transferts, l’OL n’a recruté qu’un seul joueur pour l’instant, Jimmy Briand acheté à Rennes pour 6 millions d’euros. Le club cherche avant tout à alléger une masse salariale évaluée à 60 millions d’euros. La fin de l’application du Droit à l’Image Collectif a entraîné une perte de 7 millions, que n’ont pas compensés les départs de Boumsong et Bodmer. Difficile dans ces conditions d’attraper le gros poisson espéré en milieu de terrain.

Evoquées avec insistance, les arrivées de Gourcuff ou Ganso restent soumises à des départs de joueurs comme Kallstrom ou Makoun. Comme l’a rappelé le président de Bordeaux Jean Louis Triaud : « Gourcuff, c’est 26 millions d’euros et personne ne s’est manifesté sérieusement. » Lyon refuse de s’inquiéter mais comme l’a rappelé Jimmy Briand : « On a un match important samedi (contre Brest). Celui-là, il faudra vraiment le gagner parce que sinon là ça deviendra difficile. »

S.R avec E.J à Lyon