RMC Sport

L’OL veut reprendre sa couronne

-

- - -

Après deux saisons vierges de trophées, Lyon est bien décidé à récupérer le titre de champion de France.

Ce jeudi, en conférence de presse, Miralem Pjanic n’a cessé de l’évoquer. De prononcer ce mot devenu presque un lointain souvenir pour l’OL. « Le titre ». Après deux ans de disette, le club rhodanien n’a d’yeux que pour lui. « On a vraiment une grande envie de le récupérer, a martelé le jeune milieu de terrain bosniaque. Je pense qu’on a les joueurs pour le faire. Ça fait deux saisons qu’on n’a rien gagné. Et ça nous pèse. »

Une attente qui vire presque à l’obsession. Nombre de joueurs sont arrivés au club après 2007. Et tous rêvent de rouvrir l’armoire à trophées du septuple champion de France. « C’est un désir commun, admet l’entraîneur Claude Puel. Jouer le titre, c’est normal pour Lyon. Mais il y a sûrement un peu plus d’envie cette année, c’est sûr. »
Afin d’y parvenir, l’OL n’a pas bouleversé son effectif. Pour l’heure, seul Jimmy Briand à rallier la capitale des Gaules. En attendant d’autres mouvements (voir encadré). Quelques jeunes champions d’Europe des moins de 19 ans (Tafer, Lacazette, Grenier, Kolodziejczak) vont également être plus sollicités. « L’équipe n’a pas beaucoup bougée, note Pjanic. Il y a eu quelques départs, mais dans l’ensemble on a quasiment le même groupe que l’an dernier. C’est très bien pour nous. On a tous la même philosophie. »

Proposer un jeu plus attrayant

Celle de pratiquer un jeu plus attrayant qu’au début de l’ère Puel. Histoire de redonner le sourire au peuple de Gerland. « C’est une volonté qui demande énormément d’exigences, prévient le technicien lyonnais. L’an passé, on est monté en puissance à ce niveau-là. Ça a débouché sur une deuxième place. Il faut continuer sur cette lancée. Se perfectionner. Tout en conservant une certaine efficacité. »

Lors des matches amicaux, c’est dans ce domaine que les Gones ont pêché. En six rencontres, ils affichent tout de même un bilan équilibré (2 victoires, 2 nuls, 2 défaites). Qui plus est face à des adversaires tels que la Juventus Turin, le Milan AC ou le Celtic Glasgow. Mais les vice-champions de France n’ont pas encore trouvé leur rythme de croisière. « On manque de constance, reconnait Puel. Mais j’ai vu de belles choses au niveau du jeu et de l’état d’esprit. C’est intéressant. » Reste à le prouver ce week-end face à Monaco, pour la reprise du championnat. Sans les Argentins Lisandro Lopez et César Delgado, tous deux blessés et forfaits pour le début de saison.

Le titre de l'encadré ici

Mercato|||

Du mouvement à l’horizon

Au début du mercato, Jean-Michel Aulas avait annoncé une enveloppe de recrutement de 25 millions d’euros. Pour le moment, seul Jimmy Briand est arrivé du Stade Rennais pour 6 millions d’euros. Autant dire que l’OL attend d’autres renforts. Notamment au poste de milieu offensif. Les dirigeants n’ont pas renoncé à Yoann Gourcuff, mais ils se heurtent pour l’heure à sa clause libératoire de 26,5 millions d’euros. D’autres pistes sont étudiées, notamment au Brésil, mais pour cela il faut libérer une place d’extracommunautaire. Cleber Anderson devrait s’en charger. Le défenseur brésilien est prié d’aller changer d’air. Dans ce secteur, Lyon a déjà enregistré les départs de Jean-Alain Boumsong (Panathinaïkos), Mathieu Bodmer (PSG) et John Mensah (transféré définitivement à Sunderland). Une recrue ne serait pas de trop pour évoluer sur tous les tableaux. Le Lillois Adil Rami est dans le viseur. Mais l’OL se montre prudent car il cherche avant tout à réduire sa masse salariale. Celle-ci représentait 60 millions d’euros l’an passé. Symbole de cette nouvelle gestion, le défenseur brésilien Cris a accepté de diminuer son salaire au moment de signer sa prolongation de contrat jusqu’en 2013.

Alexandre Jaquin avec Eward Jay, à Lyon