RMC Sport

L’OM, c’est du sérieux !

André Ayew

André Ayew - -

Après un sans-faute en championnat, l’OM a montré face à Fenerbahçe en Ligue Europa (2-2) qu’il avait du tempérament. Un atout indispensable qui pourrait emmener les Phocéens bien plus haut que ce qu’ils avaient imaginé.

Même si le choc OM-PSG ne se disputera que le 7 octobre, Carlo Ancelotti suit avec attention chacune des sorties du leader du championnat de France. Ce vendredi, au lendemain d’un match nul renversant sur la pelouse de Fenerbahçe en Ligue Europa (2-2), le technicien a admis l’évidence : « Les Marseillais jouent bien et surtout, ils ont beaucoup de caractère.»
Auteur d’un sans-faute en championnat (5 victoires en autant de matches), l’OM comptait encore quelques sceptiques parmi ses détracteurs avant ses premiers pas sur la scène européenne. En cause ? Reims, Sochaux, Montpellier, Rennes et Nancy, cinq adversaires jugés pas assez costauds pour jauger son véritable niveau.
Incontestablement, la force mentale affichée par les Phocéens jeudi en Turquie, aura marqué les esprits. « Il y a des signes qui ne trompent pas, lâche Mathieu Valbuena. Quand on a marqué le deuxième but (inscrit par André Ayew, ndlr), tout le banc s’est levé pour se féliciter. C’est à cela qu’on voit que le groupe vit bien. »
A Istanbul plus que partout ailleurs, l’OM a confirmé qu’il faudrait sans doute compter sur lui. La force collective qui s’était lentement évaporée sous les ordres de Didier Deschamps, a repris de la consistance grâce à Elie Baup. A la fois symbole et témoin privilégié de cette métamorphose, « Petit Vélo » s’en explique : « Quand Didier Deschamps est arrivé (en 2009), on avait tous le même objectif commun. Ce projet a donné de belles choses (un titre de champion et trois Coupes de la Ligue, ndlr), mais après, on s’est reposé sur nos lauriers. Il y a eu du changement avec l’arrivée d’un nouveau coach (Elie Baup). Il a mis du bonheur et de la joie dans le groupe, des choses qui nous manquaient. Aujourd’hui, on s’encourage.»

Baup : « On ne fait pas les marioles »

Voilà pourquoi l’OM, même fatigué, a encore une belle carte à jouer dimanche, face à Evian. Mais pas question pour le coach phocéen de bomber le torse. Si Valbuena assure que « l’OM ne craint personne », Baup tempère les ardeurs : « On respecte tout le monde. On ne fait pas les marioles ».
Principale clé de la réussite marseillaise, la méthode Baup est donc en train de faire ses preuves.
Celui qui peut désormais s’appuyer sur une autre arme offensive avec le retour de Loïc Rémy, avance avec plus de certitudes. Et il ne fait aucun doute que l’état d’esprit de ses joueurs, jeudi en Turquie, l’a conforté dans ses idées : « On doit avoir une dynamique de groupe, de la solidarité, l’envie de surpasser, a-t-il appuyé ce vendredi. Mais il faut aussi de la joie, même si cela peut sembler idiot. Il doit se dégager du plaisir de ce collectif.» Un mois après la reprise, il a tout bon.

Le titre de l'encadré ici

Di Meco : « L’OM peut embrouiller le PSG »|||

Présent jeudi dans la bouillante enceinte de Sükrü Saraçoglu, à Istanbul, où l’OM est allé arracher un match nul face à Fenerbahçe (2-2) en Ligue Europa, et revenu en France avec les joueurs marseillais, Eric Di Meco estime que son ancien club dispose de sérieux atouts pour titiller le PSG cette saison : « Ce n’est  pas seulement une équipe de besogneux mais un club qui possède un certain talent, juge l’ex-arrière gauche. Marseille a, une fois encore, bien joué au foot.

Quand on les voit remonter deux buts, on se dit que rien ne peut leur arriver. Et même cette équipe du PSG, avec tout le talent qu’elle a, risque vraiment de galérer. La question est donc la suivante : est-ce que le match (OM-PSG le 7 octobre) sera équitable entre une addition de stars, qui ne forment pas encore tout à fait une équipe, et une formation peut-être moins talentueuse, mais qui montre un tel état d’esprit ? Je crois que oui », pronostique le membre de la Dream Team.

Aurélien Brossier