RMC Sport

L’OM change de style

Dimitri Payet

Dimitri Payet - -

Une attaque efficace, une défense fébrile. Victorieux à Guingamp (3-1) en clôture de la première journée de L1, les Marseillais ont présenté un visage inversé par rapport à celui de la saison dernière. Mais la victoire est toujours là.
Dimitri Payet et l'OM ont gagné à Guingamp (3-1)
Dimitri Payet et l'OM ont gagné à Guingamp (3-1) © -

La saison dernière, pour son premier match de championnat, l’OM l’avait emporté 1-0 à Reims. Un score minimal que les Marseillais reproduiront… onze autres fois sur la route de leur deuxième place en Ligue 1. Nul doute que les plus superstitieux des supporters marseillais vont espérer un mimétisme similaire tout au long du présent exercice. Car cette saison 2013-2014, les hommes d’Elie Baup l’ont démarrée pied au plancher avec une victoire 3-1, ce dimanche, sur la pelouse du promu Guingamp. Un succès qui trouve son origine dans une première période où les erreurs et la naïveté défensives se sont multipliées des deux côtés.

Mais à l’heure de concrétiser ces opportunités, plus nombreuses côté OM (16 tirs dont 7 cadrés), Marseille a su faire preuve de réalisme. Mais sa défense, qui a fait débat au cours de la préparation, n’affiche toujours pas les gages de solidité nécessaires à une forte ambition. Efficace devant, à la peine derrière : tout le contraire de la saison dernière. Les amateurs de jeu en seront rassurés… Autre point positif pour l’OM, les trois recrues alignées au coup d’envoi, Dimitri Payet, Gianelli Imbula (ancien Guingampais) et Benjamin Mendy –Saber Khlifa n’est pas encore qualifié – ont réalisé des prestations convaincantes, surtout les deux premiers. Sorti d’une saison à 12 buts avec Lille, Payet a fait trembler les filets à deux reprises, à la suite d’une intervention adverse ratée sur un centre (2-0, 4e) puis sur une frappe consécutive à un cafouillage défensif à la relance (3-0, 16e).

Penalty raté pour Yatabaré

L’ouverture du score, elle, était signée André-Pierre Gignac, plus vif que Lemaître pour aller pousser le ballon au fond des filets sur une tentative repoussée par Samassa (1-0, 2e), moins de 180 secondes après le début du match. Les Marseillais auraient même pu enfoncer le clou en première période, Valbuena croisant trop sa reprise sur un joli centre de Payet (41e) quelques minutes après avoir tenté une belle bicyclette acrobatique (33e). Mais les intentions n’étaient pas seulement marseillaises. Groggy après les deux premiers buts, Guingamp s’est vite réveillé pour inquiéter la défense olympienne. Mais si Yatabaré aurait dû conclure suite à une grosse erreur d’appréciation de Nkoulou (7e), le reste sera trop brouillon pour vraiment inquiéter Mandanda.

Et le hors-jeu évident, et sifflé, ne laissera aucun regret sur la tête signée Langil qui finira dans les filets (39e). Mais l’enthousiasme offensif breton, réduit à néant par son extrême fragilité défensive, va permettre à l’EAG de sauver l’honneur au retour des vestiaires. Pas sur le penalty de Yatabaré, consécutif à une faute de Diawara (préféré à Lucas Mendes) sur Langil et bien repoussé par Mandanda (52e). L’attaquant guingampais se rattrapera vingt minutes plus tard, de près, sur un ballon perdu par un Nkoulou très, très loin de son meilleur niveau (3-1, 74e). Il fera même passer une dernière frayeur aux Marseillais, à deux doigts de doubler la mise dans les dernières secondes (93e). Bilan ? Un OM bien lancé en L1, trois points dans la besace après ce deuxième succès au Roudourou en sept visites. Un Guingamp entreprenant mais un peu trop naïf et perméable pour l’élite et qui va devoir hausser son niveau dans les semaines à venir. Sinon, au terme de cette journée inaugurale, Lyon est le premier leader du championnat. On connaît un certain Jean-Michel Aulas qui doit sourire ce dimanche soir.

A lire aussi :

>> L'OL à la fête

>> Monaco, c'est déjà positif

>> Ligue 1 (J1) : ce qu'il ne fallait pas manquer

Alexandre Herbinet