RMC Sport

L’OM chasse la crise

Steve Mandanda

Steve Mandanda - -

S’ils restent sur une victoire en cinq matches, les Marseillais refusent de tirer sur la sonnette d’alarme. Avant le choc contre l’OL au Vélodrome (21h), l’OM veut même s’appuyer sur sa prestation face au PSG (2-2) pour redresser la tête.

Revenus déçus de leur déplacement infructueux jeudi soir à Mönchengladbach (2-0) en Ligue Europa, les Marseillais accusent le coup. « On est déçus, mais pas abattus », précise Steve Mandanda. Depuis quelques semaines, l’atmosphère est moins rayonnante au centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus. L’OM ne gagne plus. Ou plutôt, l’OM gagne beaucoup moins souvent : une seule rencontre lors de ses cinq dernières sorties toutes compétitions confondues (5-1 contre Limassol). Symbole de cette mauvaise passe, l’équipe d’Elie Baup encaisse au moins un but par rencontre depuis cinq matches. Alors que l’OL se présente au Stade-Vélodrome dimanche soir (21h), le coach olympien sait qu’un redressement passe par davantage de rigueur.

« Il faut retrouver ces vertus collectives, explique le technicien marseillais. Tout le monde doit défendre. Pour moi, c’est la générosité qui fait qu’une équipe obtient des bons résultats. Soyons généreux. » Si l’OM grimace, il est hors de question d’évoquer les prémices d’une crise. « On est sur une mauvaise série, c’est vrai, mais il ne faut pas tomber dans ce genre de situation, estime Steve Mandanda. Il n’y a pas de crise. Il faut simplement rectifier ce qui n’a pas fonctionné lors des dernières rencontres. C’est toujours embêtant de perdre mais on reste bien placés en championnat comme en Europa Ligue. C’est le plus important. » Argument légitime que la place de leader ex-æquo avec le PSG. Quant à la Ligue Europa, avec un capital de quatre points, l’OM a encore largement les moyens de décrocher son ticket pour les 16e de finale.

Le mauvais souvenir de la saison dernière

Et puis, au milieu de cette période plutôt maussade, Elie Baup n’a pas oublié un match. Pas n’importe lequel, Marseille-PSG (2-2). « Je m’excuse auprès de vous tous (les journalistes, ndlr) mais vous dites qu’on est dans une mauvaise série et vous prenez le match face au PSG comme référence (2-2). Or c’était il y a trois rencontres. Donc nous sommes dans une petite série de deux mauvais matches. Et on devra s’inspirer de la rencontre face au PSG. » Et ne surtout pas penser aux fantômes de la saison passée, lorsque l’équipe de Didier Deschamps avait dû attendre 13 matches (du 5 février au 27 avril 2012) pour renouer avec la victoire (1-0 contre Nancy). « Cette très longue série négative a fait beaucoup de mal au groupe, au club et aux supporters, se souvient Steve Mandanda. On a oublié. On ne veut pas revivre une série aussi longue. J’espère qu’on repartira sur une bonne note dès dimanche. »

Aurélien Brossier avec Florent Germain, à Marseille