RMC Sport

L’OM, le coup de « jeunes »

Billel Omrani

Billel Omrani - -

Avec six victoires en six journées, l’OM réalise un départ parfait en championnat. Une réussite à laquelle prennent part les jeunes pousses de l’effectif, amenés, faute d’effectif pléthorique, à venir régulièrement compléter le groupe cette saison.

Quand on dissèque le début de saison réussi de l’OM - six victoires en autant de journées de championnat, et une invincibilité toutes compétitions confondues - on relève le bon état d’esprit des Marseillais, leur sens retrouvé du collectif et le retour en grâce, surtout, d’André-Pierre Gignac (5 buts en 11 matches). Bref, les bienfaits d’un effectif ressoudé et resserré après les départs importants de l’été (Mbia, Azpilicueta, Diarra). On retient un peu moins la présence rafraîchissante de jeunes pousses au sein de ce groupe. Ils sont pourtant huit à composer et compléter le groupe professionnel cette saison : les frères Ayew (Jordan et André), Omrani (19 ans), M’Bow (24 ans), Mango (20 ans), N’Doumbou (20 ans), Osei (21 ans) et Adbullah (18 ans).

Une politique en grande partie expliquée par la faible épaisseur de l’effectif et le recrutement discret effectué cet été (Raspentino, Lucas Mendes, Abdallah, Barton). « On sait qu’avec les travaux du Stade Vélodrome, c’est le meilleur moment pour les jeunes pour s’affirmer, lâche Rafidine Abdullah. Certains ont saisi leur chance, d’autres non. J’espère qu’ils auront l’occasion de la saisir à nouveau. J’en suis fier. J’espère rester dans le groupe et servir d’exemple aux autres jeunes. »

Baup : « Pas prêts à être titulaires »

Mais, excepté les frères Ayew, indiscutable (André) ou intégré à la rotation (Jordan), seul Abdullah figure régulièrement avec le groupe pro. Avec 8 matches (5 en L1, 3 en Ligue Europa), il est largement devant Mango et Omrani, qui ne comptent tous, pour le moment, qu’une seule apparition en Coupe d’Europe. « Etre dans le groupe, je ne m’y attendais même pas. Je suis vraiment content, savoure Abdullah. Il faut que je continue. Rien n’est acquis. J’espère continuer à faire partie du groupe. » Un souhait qui ne dépend que du bon-vouloir d’Elie Baup, formateur dans l’âme, mais hyper-protecteur avec ses jeunes. « Pour faire progresser un jeune, et cela m'est arrivé dans d'autres clubs, il ne faut pas qu'ils arrivent en masse dans l'équipe, assure le technicien olympien. Il faut les préparer. »

Ce n’est pas Rafidine Abdullah qui dira le contraire. Car sa vie n’a pas changé. « Je vais aux vestiaires quand je peux. Je suis souvent au centre. On se ‘’textote’’ avec les autres jeunes, on me félicite. On est encore à l’école ensemble, glisse le milieu défensif qui conçoit également que le haut-niveau, c’est autre chose. De toute façon, Baup, qui avait convoqué 14 espoirs, dont le très jeune Ibrahima Sy (16 ans), pour le stage de préparation début juillet à Crans-Montana, ne compte pas griller sa carte ‘’jeunes’’. « Aujourd'hui, on a une grosse stature, un gros noyau de joueurs confirmés qui peuvent aider les jeunes à prendre conscience de leur marge de progression. Je compte les intégrer progressivement, mais pas pour qu’ils soient titulaires sur 38 matchs. Ils ne sont pas prêts pour ça. » Pas encore…

A.D avec F.G, à Marseille