RMC Sport

L’OM, si loin des « Masters »

-

- - -

Avant d’accueillir l’Olympiakos mercredi puis le PSG dimanche, l’OM n’a pas profité de son déplacement à Montpellier samedi (1-0) pour remporter son premier match face à une équipe du Top 8. Difficile, dans ces conditions, d’espérer mieux que le ventre mou de la Ligue 1.

L’OM n’est plus compétitif en L1. Vaincue à Montpellier samedi soir (1-0), l’équipe de Didier Deschamps n’a toujours pas remporté le moindre match face aux huit meilleures formations du championnat. Ce constat amer est appuyé par des chiffres éloquents. Et impardonnables. Après 14 journées, le club phocéen a affronté six équipes du Top 8 (il doit encore jouer face au PSG, 1er, et à Lorient, 7e). Bilan : 4 défaites, 2 nuls. L’OM a donc perdu 16 points sur 18 possibles face ses supposés rivaux. Et il n’en a pris que deux face à Toulouse (6e) et Saint-Etienne (8e). Pas glorieux. A l’exception du PSG qu’il affrontera dans une semaine au Stade-Vélodrome, l’OM a perdu tous ses matches face au « Big 5 ». Alarmant.

A la Mosson, Vincent Labrune n’a pas souhaité s’attarder face aux micros. Mais le président marseillais, fin communiquant, n’a pas eu besoin d’un long discours pour mettre la pression sur ses joueurs : « Ce qui est énervant, ce n’est pas de perdre à Montpellier qui est une bonne équipe et qui mérite sa place, a-t-il déclaré. C’est que l’on a beaucoup de retard. On a grillé un joker. On n’en a plus beaucoup. »

Labrune met la pression

Pour Vincent Labrune, c’est la semaine de tous les dangers. Et il sait qu’elle a déjà très mal débuté. Après ce coup d’arrêt en championnat (l’OM restait sur 3 succès consécutifs), les Olympiens joueront une grande partie de leur avenir en Ligue des champions mercredi contre l’Olympiakos. Quatre jours plus tard, face à leurs supporters, l’honneur sera en jeu face au PSG à l’occasion du premier « Clasico » version Qatari. « On ne pense pas à dimanche prochain, soupire Didier Deschamps. Il y a d’abord un match important mercredi en Coupe d’Europe. »

Pour l’ancien entraîneur olympien Rolland Courbis, « c’est dans ce genre de période qu’il faut faire une série, car ce sont des matchs à six points ». Si l’OM a montré qu’il savait désormais s’imposer face aux « petits », il doit encore démontrer qu’il est capable de rivaliser avec les grosses cylindrées. « L’important est d’engranger des points et je ne changerai pas d’optique, assure Didier Deschamps. On vient de très loin, il est important d’enchaîner. Ne baissons pas la tête. D’autres matches arrivent. » Il est encore temps de les gagner.