RMC Sport

L’OM tente d’oublier

-

- - -

Après la vive altercation entre André-Pierre Gignac et Didier Deschamps, l’OM tente d’éteindre l’incendie pour mieux se concentrer sur le choc face au PSG dimanche. Pas facile…

La salle de presse du centre Robert Louis-Dreyfus est pleine à craquer. A la une des journaux, le clash entre Didier Deschamps et André-Pierre Gignac alimente les conversations. Et éclipse presque le choc face au PSG, dimanche au Stade-Vélodrome. C’est dans ce contexte pesant que le coach phocéen a fait son apparition devant les journalistes. S’il est apparu plus souriant que ces dernières heures, « DD » s’est aussi montré beaucoup plus fébrile, ne sachant pas où mettre ses mains, gesticulant dans tous les sens et s’en prenant même à… une mouche qui lui tournait autour ! Malgré une certaine nervosité, Deschamps a tout de même tenu à mettre les choses au clair. D’entrée. « Une décision a été prise et actée. Point. Je ne vais pas remettre une couche là-dessus. J’ai un match à préparer et dieu sait qu’il est important. Un joueur ne sera pas là. Vous le savez. »
En dépit de multiples tentatives de la part des journalistes, le coach marseillais n’en dira pas plus sur le brûlant dossier Gignac. « Les questions fusent de partout. Je fais attention à ce que je dis. Je suis solide », assure le Basque. De source interne, Didier Deschamps aurait pourtant affirmé qu’il se sentait « usé et fatigué. » Tout sauf une surprise pour ceux qui ont pu voir son visage dans les heures qui ont suivi la défaite contre l’Olympiakos, mercredi en Ligue des champions (1-0).

Silence, on joue !

Quoiqu’il en soit, ce revers conjugué à l’altercation avec Gignac a fait encore monter d’un cran la pression sur le club phocéen. Une autre preuve ? Steve Mandanda, prévu au point presse ce vendredi, ne s’est pas présenté face aux journalistes. « C’est une décision concertée de la direction du club de protéger l’ensemble du groupe pour le laisser travailler dans les meilleures conditions, a expliqué Luc Laboz, récemment nommé directeur des médias et de la communication de l'OM. Ils ont demandé à être au calme et à avoir un minimum de tranquillité pour pouvoir faire leur travail et se préparer pour la rencontre. C’est une position qui est compréhensible.»
Mais dimanche, il y aura sans doute beaucoup moins d’indulgence de la part du public phocéen si son équipe venait à subir un nouveau revers face à l’ennemi juré...