RMC Sport

La dernière carte des Girondins

Le technicien girondin espère prendre un point à Valenciennes et ainsi stopper la série noire de son équipe

Le technicien girondin espère prendre un point à Valenciennes et ainsi stopper la série noire de son équipe - -

Mercredi soir (19h) à Valenciennes, les hommes de Laurent Blanc jouent leur dernière chance de qualification pour la Ligue des champions.

Une seule victoire lors de ses huit derniers matches, toutes compétitions confondues. Cette statistique pourrait être la propriété de Grenoble, lanterne rouge de L1 et d’ores et déjà condamnée à l’étage inférieur. Elle appartient au champion de France bordelais, abonné aux désillusions depuis la perte de sa Coupe de la Ligue le 27 mars dernier. La débandade est telle que les objectifs girondins sont devenues ultra-minimalistes.

« Ce que je veux, c’est enrayer cette spirale négative, insiste Laurent Blanc. J’espère juste prendre un point contre Valenciennes. » Ce match en retard face aux Nordistes apparaissait, il y a encore quelques semaines, comme un atout décisif dans la quête d’un deuxième titre consécutif de champion de France. Mais c’est quasiment déchu de sa couronne que Bordeaux se rend ce soir à Nungesser. Si le rêve d’un sacre européen s’est également envolé du côté du Haillan, la perspective de retrouver la Ligue des champions n’est pas encore enterrée. « Si on gagne mercredi, on revient à un point de Lille, réalise Benoît Trémoulinas. On a grillé tellement de jokers que l’on se doit de l’emporter à Valenciennes. »

Ciani : « Il faut sortir la tête de l’eau »

Problème. Autrefois, gagner un match pour Bordeaux ne ressemblait pas à un véritable parcours du combattant. Et l’absence de son maître à jouer, Yoann Gourcuff (élongation cuisse gauche), ne facilitera pas la tâche du groupe girondin « Dès qu’il nous arrive quelque chose de négatif, on est incapable de le surmonter, regrette Laurent Blanc. Avant, c’était notre spécialité. Mes joueurs traversent une période de doute sans précédent. »

Devant la crise de confiance dont souffrent ses hommes, le « Président » n’exclut pas de faire appel à un préparateur mental. Ce dernier ne sera pas dans le Nord ce soir. C’est donc livré à eux–mêmes que les Girondins vont tenter de mettre fin à la période noire dans laquelle ils s’abîment. « Il faut sortir la tête de l’eau, lâche Mickaël Ciani, suspendu à Lorient et à la peine ces dernières semaines. On se serrera les coudes pour le faire. »

A.D.