RMC Sport

La FFF met en garde les clubs de L1 contre Ebola

LA FFF ne se veut ni alarmiste, ni paranoïaque, juste informative.

LA FFF ne se veut ni alarmiste, ni paranoïaque, juste informative. - AFP

DOCUMENT RMC SPORT. RMC Sport s’est procuré un mail de la commission médicale de la Fédération Française de Football (FFF) adressé à tous les clubs de Ligue 1, dans le but de les sensibiliser au virus Ebola et aux risques de contraction chez les joueurs qui pourraient être susceptibles de se rendre en Afrique.

La Commission médicale de la Fédération Française de Football vient d’adresser à tous les clubs de Ligue 1 un document que RMC Sport s’est procuré. Dans ce mail, la FFF -qui n’est ni alarmiste ni paranoïaque- se veut surtout informative au sujet du virus Ebola, tout en donnant quelques recommandations en cas de doute ou suspicion de contraction de la maladie. Voici l’intégralité du document :

« Quelques points essentiels concernant « EBOLA » Le risque de rencontrer un malade est faible dans les conditions de déplacement des footballeurs (Avion, hôtel, stade….).

En effet le point majeur réside dans le fait de ne pas côtoyer de malades et donc d’éviter les hôpitaux ou structures de soins où il pourrait s’en trouver.

- Le virus EBOLA ne se transmet pas pendant la période d’incubation qui va de 48h à 3 jours jusqu’à 3 semaines. La contagion n’est possible que lorsque le sujet est malade (avec des symptômes).

- La transmission du virus ne se fait que par un contact direct, « manuel » avec un malade.

- Le risque de rencontrer un sujet malade dans le cadre d’un voyage dans la zone concernée par l’épidémie (GUINEE – SIERRA LEONE – LIBERIA) est extrêmement faible.

- Sur place se désinfecter les mains avec un soluté hydro-alcoolique (ou javellisé) est la meilleure façon d’éviter de se transmettre des agents infectieux.

- Au retour d’Afrique la survenue d’une fièvre, si elle devait éventuellement faire craindre une fièvre EBOLA, doit surtout faire évoquer et rechercher un PALUDISME.

- Toute inquiétude peu justifier une demande d’information auprès d’un médecin, d’un service d’infectiologie, du SAMU (téléphone : 15).

- Le risque d’une épidémie en Europe est d’autant plus réduit que nos systèmes de santé sont adaptés à une prise en charge, ce que ne peuvent faire malheureusement les systèmes de santé africain.

Professeur F. BRICAIRE »

la rédaction