RMC Sport

Labrune : « Il n’y avait pas de solution »

Vincent Labrune

Vincent Labrune - -

Le président de l’OM, Vincent Labrune était très attendu ce lundi en conférence de presse aux côtés de José Anigo, le nouveau coach phocéen. Après avoir rendu hommage à Elie Baup, il est revenu sur les raison de l’éviction de ce dernier et a évoqué l’avenir. Sans mâcher ses mots.

Vincent Labrune, pourquoi avez-vous décidé de vous séparer d'Elie Baup ?

Malheureusement, on a été rattrapé par un principe de réalité. A Marseille, le degré d’exigence est sans doute plus élevé qu’ailleurs. On a perdu 50% de nos matches officiels et on n’a pas vu de progression majeure dans le jeu de notre équipe. Vendredi soir (défaite 1-0 contre Nantes, ndlr), je considère qu’on a touché le fond dans le contenu et l’état d’esprit. On est tous coupables mais le premier responsable, c’est l’entraîneur. Je suis chef d’entreprise, président de l’OM, je dois prendre les décisions dans l’intérêt de nos objectifs. Il fallait qu’il se passe quelque chose.

Vous avez donc nommé José Anigo...

Oui. Il prendra la suite à la tête de l’équipe au minimum jusqu’à la trêve. L’objectif à court terme est de retrouver un état d’esprit de gagneur sur le terrain, à l’image de ce que doit être l’OM. On est dans l’urgence. On doit retrouver la culture de la gagne. On est en train de banaliser la défaite. L’important, ce sont les quatre matches d’ici la trêve. J’ai la conviction que si on ne créait pas un choc psychologique, il n’y avait pas de solution pour que la situation s’améliore d’ici Noël. On va essayer de redresser la barre avec José.

Est-ce une décision prise dans l'urgence ?

Non. Depuis le mois de septembre, on est assez inquiet sur l’évolution technico-tactique de notre équipe. Il y a eu des mises au point, dont une assez sévère au lendemain du match contre Sochaux (victoire de l’OM 2-1).

José Anigo ne souhaitait plus entraîner l'équipe première. Avez-vous dû le convaincre ?

Je ne lui ai pas franchement laissé le choix.

Y a-t-il des tensions au sein du groupe ? Elie Baup avait-il perdu la main ?

Je ne suis pas dans le vestiaire. J’ai dit qu’on s’est laissé vivre cet été. Il y a une somme de choses qui me déplaisent mais je ne peux pas dire qu’il y a de la tension. Il y a un problème d’implication général. Etre exigeant, c’est une qualité. On se doit de l’être, surtout à l’OM. On a tout pour faire une belle saison. On a un effectif de qualité qui a été renforcé par six joueurs. Alors des tensions non, il n’y en n’a pas, mais des états d’âme des uns et des autres, oui. Et ça, je ne peux pas l’accepter. On est là pour travailler.

Avez-vous réfléchi à l'éventuel successeur de José Anigo après la trêve ?

Non. Il n’y a même pas le début d’une short-list. On vit les choses au quotidien. L’urgence est de remobiliser les énergies d’ici la trêve. Il est trop tôt pour parler de la suite.

A lire aussi :

Anigo-Labrune – Les meilleurs moments de leur conf' de presse

L’OM va-t-il droit dans le mur ?

« José Anigo est-il un meilleur entraineur qu’Elie Baup ? »

Propos recueillis par Florent Germain à Marseille