RMC Sport

Lacombe : « On peut inquiéter n’importe qui »

-

- - -

Monaco se rend samedi à Bordeaux pour un choc inattendu, qui pourrait lui offrir la place de leader. Son entraîneur mesure l’ampleur de la tâche mais croit à l’exploit.

Guy Lacombe, pensez-vous à cette possible place de leader ?
La victoire serait synonyme de première place mais, franchement, ce n’est ce qui me hante. Ce qui me préoccupe, c’est de bien préparer mes joueurs le mieux possible pour aborder un match contre la meilleure équipe en France. Ils sont des forces importantes et peu de faiblesses, qu’il faudra utiliser à fond.

Où situez-vous votre équipe par rapport à Bordeaux ?
On est fort et on devient intéressant dans certains domaines. Mais dans d’autres, il y a encore beaucoup à faire, et c’est long. Les choses ne se mettent pas en place du jouer au lendemain. On ne peut pas avoir le jeu de Bordeaux en deux mois, ce n’est pas impossible. Bordeaux a une variété de jeu et d’attaque qu’on n’a pas. Mais ce n’est pas pour autant qu’on y va en victime expiatoire. On sait très bien que, sur trois ou quatre possibilités, si on les joue bien et si on est très solide, on peut inquiéter n’importe qui.

Que pensez-vous des Girondins ?
Au vu de la Ligue des Champions, ils se sont bonifiés, indéniablement. Je suis admiratif de cette équipe parce qu’elle produit du jeu, a une palette d’actions offensives assez étonnante. Elle est dangereuse partout. De surcroit, elle a gardé cette valeur sur les coups de pied arrêtés. C’est vraiment une équipe redoutable.

Allez-vous mettre en place un pan anti-Gourcuff ?
Il n’y aura pas de plan spécifique anti-Yoann mais on fait toujours attention à ce genre de joueur. De toute façon, si vous lui mettez quelqu’un, comme le Bayern a pu le faire, il va trouver la solution parce que Laurent Blanc lui offre une grande liberté d’action. Il va aller dans des coins du terrain qui vont gêner l’équipe adverse. Il ne faut pas se prendre la tête avec ça mais être extrêmement vigilant. En même temps, si vous ne pensez qu’à lui, va s’exprimer un Wendel, un Gouffran, un Chamakh…

Dominique Poulain (RMC Sport)