RMC Sport

Le Guen, entraîneur dépassé

-

- - -

Arrivé dans la peau du sauveur il y a un an, l’ancien chouchou du Parc des Princes parait à court de solutions pour son équipe.

Sa mission lors de son retour au PSG il y a un an était de sauver le club : objectif rempli. La fin de saison dernière, donnait même une petite lueur d’espoir aux supporters qui voyaient une équipe plus conquérante, plus joueuse et surtout en réussite. Comme à chaque début de saison, tous les espoirs étaient permis et la sérénité semblait retrouvée. Le duo Cayzac/Le Guen nous vantait même les mérites d’un recrutement parisien jeune et orienté sur l’avenir. Un avenir désormais lointain... puisque ces recrues n’ont pour l’instant pas vraiment brillé :
Zoumana Camara cherche toujours ses repères ; Grégory Bourillon est sur le banc, lorsqu’il n’est pas envoyé en CFA ; près un bon début de saison, Didier Digard semble court physiquement ; et Ceara offre le but de la victoire à Caen samedi dernier, malgré quelques bonnes prestations depuis son arrivée.
Après un début de saison bien en dessous des espérances, Paul Le Guen avait décidé de lancer dans le grand bain la jeune garde du centre de formation lors du déplacement à Valenciennes.
Un pari osé mais qui n'a pas vraiment porté ses fruits. Le PSG stagne au classement. Pis, depuis la 15e journée, Paris est en position de relégable, malgré le retour des joueurs cadres (Yepès, Pauleta entre autres).
Après avoir tout tenté, l’entraîneur parisien semble aujourd’hui dépassé par les événements. Capitaine du PSG à trois reprises, Mamadou Sakho a disparu de la circulation. Granddi Ngoyi et Younousse Sankharé sont également logés à la même enseigne puisque après avoir été sortis de la CFA pour se mesurer à la Ligue 1, ils végètent maintenant sur le banc.

Une situation critique et ambigüe qui ne remet pas en cause l’avenir immédiat du technicien breton au PSG, s'il l'on en croit les déclarations des uns et des autres. « Je ne lui manifeste pas ma confiance à chaque fois que je le vois, sinon ça serait un peu répétitif, explique le président parisien Alain Cayzac. La confiance existe et ça ne changera pas. L’échéance est de gagner des points le plus vite possible, ça c’est en revanche très concret. On se battra jusqu’au bout pour remonter ». (Voir extrait sonore ci-contre)

Une confiance maintenue par le président, qui s’accompagne également de celle des joueurs. « On est tous responsable du classement de l’équipe, avoue Jérôme Rothen, invité de l’After sur RMC lundi soir. L’entraîneur est là pour essayer de trouver la meilleure formule. Maintenant ce sont nous, les joueurs, qui ne sommes pas assez bon sur le terrain pour espérer gagner un match. On ne répond pas à ses attentes. Aujourd’hui, on sait que des matches corrects, ça nous arrive. Mais on a rarement fait des matches pleins ». (Voir extrait sonore ci-contre)

Autre soutien de Paul Le Guen : Luis Fernandez. L’ancien joueur et entraîneur du PSG présente le technicien breton comme la personne la plus à même de ramener Paris vers les sommets de la Ligue 1. « Paul a passé sept ans au Paris Saint-Germain, il connaît le club et a déjà vécu des crises comme celle là, explique-t-il. Il se sent capable, tout comme le président Alain Cayzac. Les actionnaires sont toujours là, mais il faut être derrière le club. Il faut être solidaire et aider le PSG pour essayer de s’en sortir. Pour l’instant, c’est un peu difficile, mais il y aura des meilleurs moments qui vont arriver ». (Voir extrait sonore ci-contre)