RMC Sport

Le jaune de Cavani, la colère de Rousselot: les trophées décalés de la 30e journée de Ligue 1

-

- - -

Parce qu’il n’y a pas eu que le choc PSG-Lyon (2-1), la balade de santé de Monaco à Caen (3-0) ou le carton de Bordeaux sur Montpellier (5-1) lors de la 30e journée de Ligue 1, RMC Sport a listé pour vous les autres acteurs du week-end. Et il y a de sacrés clients.

Cavani, le trophée du mec trop vite énervé

On ne le connaissait pas forcément comme ça. Mais à Barcelone, on avait déjà pu déceler le potentiel « monte trop vite en pression » d’Edinson Cavani. L’Uruguayen a remis ça dimanche soir face à Lyon (2-1). Très énervé par le carton jaune reçu par Adrien Rabiot (16e), El Matador avait déjà dit sa façon de penser à Clément Turpin. Quatre minutes plus tard, l’ancien joueur de Naples en remettrait une couche, cette fois pour une faute commise par lui. Sans tenir compte des recommandations de l’arbitre, Cavani a continué à se plaindre, encore et encore avant de – bingo ! – recevoir la précieuse biscotte qu’il avait bien cherchée.

A lire aussi: les notes de PSG-OL 

Triaud, le trophée du meilleur ultra

Maintenant qu’il n’est plus président des Girondins de Bordeaux, Jean-Louis Triaud peut se lâcher. Et devenir un vrai supporter à temps plein du club au scapulaire. Alors maintenant qu’il peut le faire, le dirigeant bordelais n’allait pas s’en priver. Ce qu’il a fait au moment de recevoir un hommage appuyé de la part des supporters… en communiant avec eux un fumigène à la main. Reste à savoir qui réglera l’amende. Lui ou son successeur ? Vu que maintenant, il est un supporter à 100 %, le débat est ouvert.

Rousselot, le trophée du professeur à bout (mais alors vraiment à bout )

A lire aussi: phénoménal, Kylian Mbappé affole les chiffres

Quand vos petits protégés vous déçoivent ou ne rentrent pas dans le rang, il est de votre devoir de les recadrer. C’est exactement ce qu’a fait le président nancéien à l’issue de la défaite de l’ASNL samedi soir devant Lorient (3-2) et ce alors que les Lorrains menaient 2-0. Comment ? En les dézinguant publiquement en conférence de presse. « Les joueurs ont lâché en deuxième mi-temps. C’est insupportable. Insupportable ! Je leur ai dit après le match dans des termes peu élogieux, a lâché Rousselot en conférence de presse. On va prendre des mesures de façon à ce qu’ils ne se divertissent pas comme c’est le cas en ce moment. Mettre le bleu de chauffe est important. Il faut qu’ils prennent conscience de la CHANCE – il l’a dit en hurlant - qu’ils ont d’être en Ligue 1, d’être des joueurs professionnels, de gagner de l’argent. » Le prof’ Rousselot était colère et cela s’est bien entendu. Vivement la rentrée des classes à l’issue de la trêve internationale pour voir si le message est bien passé.

Mbappé, le trophée du joueur qui ne s’emballe jamais

Sa forme et sa progression du moment sont tout simplement bluffants. Mais, au-delà de ses dribbles, et des chiffres ébouriffants qui l’accompagnent, c’est l’incroyable maturité du bonhomme qui interpelle. Alors qu’il avait encore étalé toute sa classe sur la pelouse de Caen ce dimanche (3-0), le buteur monégasque avait un discours bien posé au moment d’évoquer son nouveau doublé en Ligue 1. « Je ne dirai pas que c’est extraordinaire, a martelé Kylian Mbappé. Je dirai juste qu’aujourd’hui, j’arrive à faire ce que je sais faire mais je ne dirai pas que c’est extraordinaire. Parce qu’extraordinaire, ce sont des joueurs qui marquent 60 buts dans une saison et il n’y en a pas beaucoup. Parce que sinon, je trouve, on banaliserait le terme. Je dirai que je suis dans une bonne phase. » Ou comment calmer tout son auditoire. Et ça aussi, c’est bluffant.