RMC Sport

Le money-time pour Gignac

André-Pierre Gignac

André-Pierre Gignac - -

L’attaquant de l’OM sera dans le groupe qui affrontera Toulouse, son ancien club, samedi (19h) lors de la 26e journée de L1. A trois mois de la fin de la saison, le Martégal n’a plus beaucoup de temps pour faire oublier un exercice cauchemardesque.

A l’entame du sprint final, André-Pierre Gignac n’a plus le choix. Après des mois de galères et de déconvenues, le Martégal doit rapidement briller avec l’OM. Sous peine d’épuiser le peu de crédit qu’il lui reste au sein du club phocéen. Problème ? L’attaquant de 26 ans n’est pas encore prêt à débuter une rencontre. « Il le reconnait lui-même, glisse son entraîneur Didier Deschamps. Il n’a pas le rythme pour jouer un match. Il peut être un joker pour entrer en cours de partie. Il a besoin de temps de jeu. Il en manque. » Entre deux opérations aux adducteurs (en juin et en décembre), des problèmes de cicatrisation et une cure d’amaigrissement à Merano (Italie), Gignac vit une saison blanche. Ou plutôt noire. Le n° 10 marseillais n’a inscrit aucun but en 224 minutes passées sur les terrains de Ligue 1. Un bilan famélique, à peine embelli par une réalisation contre Lens (Ligue 2), fin octobre en Coupe de la Ligue (4-0).

Recruté pour 18 millions d’euros il y a un an et demi, Gignac n’a plus disputé un match entier depuis la finale de CDL remportée face à Montpellier (1-0). C’était le 23 avril 2011 au Stade de France. Une éternité… La semaine passée, l’ancien international français a fait son retour dans le groupe olympien. Une première en 2012. Après avoir assisté du banc à la victoire face à l’Inter Milan en Ligue des champions (1-0), il est entré un bon quart d’heure à Brest dimanche dernier en L1 (défaite 1-0). « J‘ai besoin de jouer, a-t-il expliqué sur le site de l’OM. Le foot, c'est toute ma vie. Il faut que je fasse des efforts de match pour retrouver le rythme. »

Stephan : « Il va beaucoup mieux »

En attendant, Gignac zappe les médias et affirme se concentrer sur l’entraînement. « Il va beaucoup mieux, assure Guy Stephan, l’adjoint de Deschamps. Il arrive à enchainer les séances. Il lui faut maintenant de la compétition. Il est très motivé pour ça. » Touché par sa convocation contre l’Inter, « APG », qui n’entretient pas une relation idyllique avec Deschamps depuis son départ avorté l’été dernier, a bien l’intention de revenir aux affaires. « Il a en lui une grande détermination et il n’est pas du genre à perdre confiance en lui », rappellent régulièrement ses proches.

Samedi (19h), Marseille reçoit Toulouse lors de la 26e journée de L1. Une rencontre forcément à part pour celui qui a terminé meilleur buteur du championnat dans la ville rose en 2008-2009 (24 buts). Un argument qui ne semble pas vraiment convaincre Deschamps. « Le cœur, c’est une chose. Après, il y a la réalité, assène le coach phocéen. Ça ne sert à rien de mettre la charrue avant les bœufs. Il a encore des étapes à franchir. Déjà, il peut enchainer les entraînements. Il n’a pas pu le faire pendant de longs mois. Maintenant, il faut qu’il retrouve le rythme des matches. C’est le plus difficile à obtenir. » Après avoir envisagé d’évoluer en réserve (CFA2) ce week-end, Gignac sera finalement dans le groupe face au TFC. De quoi lui rappeler quelques bons souvenirs. A condition de fouler la pelouse du Vélodrome...