RMC Sport

Le Nord en pole

-

- - -

Avant d’accueillir Le Mans dimanche (17h) à Villeneuve d’Ascq, la formation nordiste enchaine les bons résultats. Irrésistible depuis un mois, Lille n’en finit plus de grandir.

« Je me souviens d’un match de Coupe Intertoto gagné au fin fond du Portugal (victoire 2-0 après prolongations face à Leiria en 2004-05, ndlr). Après, nous avions disputé deux Ligues des champions consécutives (2005-06 et 06-07)… » Michel Seydoux serait-il nostalgique ? Pas vraiment. Si le LOSC maintient le rythme qui est le sien depuis un mois, le président nordiste pourrait très vite goûter de nouveau aux joies de la prestigieuse coupe européenne.

Irrésistible depuis un mois, l’équipe de Rudi Garcia n’en finit plus d’impressionner. Quinze buts lors des quatre dernières sorties, une qualification pour les 16e de finale de la Ligue Europa, où il affrontera le club turc de Fenerbahçe, le LOSC est tout simplement irrésistible avant de recevoir Le Mans ce dimanche lors de la 18e journée de L1. Au-delà des résultats, ce retour au premier plan confirme surtout que le club dirigé par Michel Seydoux n’en finit pas de grandir. « Nous pouvons envisager l’avenir sereinement, se réjouit le président lillois. Il faut aller au bout. Les infrastructures et l’équipe sont en train de se construire. Il faut rester humble. Le parcours est long. »

Le nouveau stade est annoncé

Tout sourit aux Dogues en cette fin d’année 2009. Jeudi, le patron nordiste a pris acte de la signature du permis de construire concernant le grand stade. D’une capacité de 50 000 places, la future enceinte des Dogues sera normalement livrée en 2012. La fin d’un interminable feuilleton. « Sur ce dossier, j’étais serein, réagit pourtant Michel Seydoux. C’est une bonne nouvelle, un très joli cadeau de Noël. »

Sur tous les fronts, Lille confirme qu’il est bien parti pour être une place forte du football français dans les années à venir. A ce titre, les partenaires Mickaël Landreau n’entendent surtout pas négliger la Ligue Europa. « On la joue par plaisir, observe Michel Seydoux. Je ne crois pas avoir vu une équipe B jouer quelque part. C’est avec ce type de matches que l’on apprend. » Apprendre. Et grandir. Toujours. Oubliée l’intersaison mouvementée. Quid du vrai-faux départ de Rudi Garcia. En fin manager, Seydoux sait botter en touche : « Il y a eu une crise de croissance, observe simplement le président lillois. Il a fallu grandir. Le club devait passer par là. » On n’en saura pas plus.

En embuscade derrière les grosses cylindrées, Lille ne veut pas griller les étapes. « Même si on fait de belles prestations en ce moment, il faut faire attention, observe Adil Rami, le défenseur du Losc. Un jour, on va s’en prendre une… On doit continuer à miser sur ce qui fait notre force : aller au charbon et avoir envie. Après, on verra ce que nous réserve le destin. » Pour l’instant, il serait plutôt doré.

AB et JB