RMC Sport

Le père Gourcuff parle du fiston

Christian Gourcuff jette son regard sur la saison de son fils. Pour lui, Laurent Blanc, a parfaitement aidé Yoann.

Christian Gourcuff jette son regard sur la saison de son fils. Pour lui, Laurent Blanc, a parfaitement aidé Yoann. - -

Premier entraîneur et mentor de son fils, Christian Gourcuff revient sur la saison de Yoann chez les Girondins de Bordeaux, les coups durs, le mental. C’est l’analyse de Christian Gourcuff.

1/ Physique : retour en forme ?

« J’ai vu son dernier match à Auxerre (0-2). Je l’ai trouvé très, très en jambes même s’il avait moins d’influence dans le jeu qu’il n’en avait il y a quelque temps. Il n’est plus capable d’enchaîner les matches tous les trois jours. C’est une question de fraîcheur. La fin de saison sera plus facile car les matches sont plus espacés. Depuis trois semaines, il souffre également d’une petite inflammation (NDLR, à la cuisse gauche) qui le handicape. Depuis le stage avec les Bleus, il est obligé d’alléger ses entraînements. Cette blessure n’est pas grave mais elle est pénalisante. Selon moi, il est moins bien depuis le mois de février. Je l’avais trouvé très fatigué lors du match de Coupe de la Ligue face au PSG (0-3). J’ai remarqué qu’il a du mal à enchainer lorsqu’il n’a que deux jours de récupération. Quand il en a trois, en revanche, ça se passe beaucoup mieux. »

2/ Le mental en question

« Sa forme mentale est liée à son physique. Quand on est moins bien physiquement, il y a moins de plaisir. Quand il y a une lassitude, on est aussi moins tranchant. Yoann ne se posait pas trop de questions, mais un joueur est toujours à la recherche de ses sensations sur le terrain. Dans un tel contexte, on ne tient pas compte des jugements extérieurs. Yoann a fait abstraction de tout ça. L’important, ce sont les sensations que l’on peut avoir sur le terrain. »

3/ Bordeaux-Lyon, un match pour Yoann ?

« En général, il se retrouve dans les grandes occasions. Sur le plan de la motivation, tous les éléments seront réunis. Au niveau physique, on verra bien. J’espère qu’il n’aura pas été trop pénalisé par son inflammation cette semaine de préparation. C’est un match qui est forcément intéressant à jouer. Lors du match aller (victoire de l’OL 2-1, NDLR), Bordeaux restait sur de bonnes prestations mais avait souffert d’un manque d’efficacité offensive et défensive. Mais un championnat, c’est long. Quand on voit toutes les phases qu’a traversées Bordeaux alors qu’ils sont toujours dans le coup… Il faut se garder de conclusions définitives. »

4/ Environnement : une gestion parfaite ?

« Yoann a complètement la tête à Bordeaux. Il fait abstraction du reste et notamment du contexte médiatique, même si on n’y échappe jamais complètement. L’essentiel est de ne pas trop en tenir compte, de se référer à ses sensations avec des personnes de confiance, capables d’analyser les choses avec sérénité. Yoann est assez mûr pour avoir ce recul indispensable. Il a pu compter sur l’aide de son entraîneur. Laurent Blanc l’a très bien géré. A Bordeaux, il bénéficie d’un contexte très serein et très sain. Il a aussi beaucoup appris de son expérience milanaise, notamment durant la période où il était porté aux nues. En Italie, il a connu des hauts et des bas. C’était un excellent apprentissage, la meilleure école pour la gestion du haut niveau.

5/ Est-ce la période la plus importante de sa carrière ? 

« Non. En compétition, le moment présent est toujours le plus important. Cette saison était très importante pour Yoann. Il fallait absolument qu’il rebondisse après son passage à l’AC Milan. Quoiqu’il arrive, il l’a fait. Quant à l’avenir, tout se fera naturellement, dans la sérénité et dans la clarté. »

La rédaction - Aurélien Brossier