RMC Sport

Le PSG à la relance

-

- - -

Entre un match nul face à Anderlecht (1-1) à oublier et des barrages à l’horizon pour plusieurs de ses stars, le PSG reçoit Nice, ce samedi (17), pour conserver sa place de leader en L1. Avec Thiago Silva et… Javier Pastore titulaires.

Zlatan Ibrahimovic et la Suède pour un choc très attendu face au Portugal. Blaise Matuidi et ses petits copains Bleus contre l’Ukraine. Edinson Cavani et l’Uruguay pour une exotique double rencontre face à la Jordanie. Les barrages qualificatifs à la Coupe du monde, les 15 et 19 novembre, vont concerner plusieurs stars du PSG. Et si le staff a un temps réfléchi à l’opportunité de les ménager afin d’éviter tout couac physique préjudiciable à leurs sélections, l’idée a vite été balayée. Le credo des joueurs concernés ? Nice et le championnat d’abord. La suite, ce sera pour après…

« Ce sont des compétiteurs, explique Laurent Blanc. Ils veulent tout le temps jouer. D’abord parce qu’ils aiment ça. Et puis, c’est leur essence. Ce sont des gens qui s’entraînent beaucoup pour pouvoir être présents dans toutes les compétitions. Si vous écoutez ces joueurs-là, ils ne se reposent jamais. Il n’y a pas eu de demande particulière à ce niveau. » Tous tournés vers un seul objectif : la réception de Nice, ce samedi (17h), et une victoire qui leur assurerait de conserver la tête du championnat. Et sur la nécessité de relancer une machine un poil grippée mardi soir face à Anderlecht (1-1) en Ligue des champions.

Pastore titulaire

« Ce nul n’est pas le résultat que l’on escomptait. Mais ce match est à oublier, annonce Blanc. Il faut enregistrer certaines choses mais se concentrer sur ce prochain match face à Nice, un adversaire coriace. » Si l’entraîneur parisien ne pourra pas aligner Marco Verratti, touché à la cuisse (grosse béquille) contre Anderlecht et remplacé par Adrien Rabiot, il pourra compter sur Thiago Silva, titulaire en charnière centrale après avoir effectué face aux Belges.

Mais l’événement du onze de départ se nommera Javier Pastore. Titularisé pour la dernière fois le 25 septembre à Valenciennes (victoire du PSG 1-0), l’Argentin au début de saison plombé par une élongation à la cuisse sera aligné au coup d’envoi face à Nice après être entré en cours de jeu contre Lorient (4-0) puis Anderlecht. Plus du tout gêné sur le plan physique, ses séances sont de plus en plus intéressantes et plaisent beaucoup au coach du club de la capitale. Qui a décidé de l’aligner sur le côté gauche de son 4-3-3 qui pourrait se transformer en 4-4-2 avec Pastore à la pointe du losange en soutien des deux attaquants, Ibrahimovic et Cavani. Avec sa qualité de passe, cela pourrait faire mal. Mais si l’Argentin se rate une nouvelle fois, le train pourrait mettre du temps avant de repasser. Réponse samedi en toute fin d’après-midi.

A lire aussi :

>> PSG : Pastore titulaire contre Nice

>> Blanc : "Anderlecht ? Un match à oublier"

>> PSG-Anderlecht : Paris, l'accroc surprise

Le titre de l'encadré ici

|||

Blanc : « Pour Ménez, c’est trop tard pour le club »

Interrogé sur la gestion des prolongations de contrat de plusieurs joueurs, Laurent Blanc a évoqué le cas Jérémy Ménez, lié au club parisien jusqu’en juin 2014. Avec un constat pas vraiment favorable au PSG. « On est arrivé dans une position vis-à-vis de Jérémy où c’est trop tard pour le club, analyse l’entraîneur parisien. Là, il n’y a pas 36 solutions : c’est le joueur qui est en position de force. Après, rien ne l’empêche de rester à Paris et de resigner. Il y quand même cette possibilité-là. Mais c’est plus difficile si on se place au niveau du club. Pour éviter ce genre de choses, il faut que les clubs anticipent des discussions et des renouvèlements de contrat. Ça fait partie de la vision que doit avoir un club. » Paris grandit petit à petit. Sur le pré comme dans sa gestion des joueurs.

A.H. avec L.B.