RMC Sport

Le PSG lance un site pour un naming du Parc des Princes

Le PSG a lancé un site internet concernant un éventuel futur naming pour le Parc des Princes et son prochain centre d'entraînement à Poissy. Si cela aboutit, le club recevrait sans doute plusieurs millions d'euros chaque année.

Un naming pour le Parc des Princes? Le Paris Saint-Germain semble y réfléchir sérieusement. Le club a lancé un site internet (namingpartner.psg.fr) consacré à un éventuel futur parrainage commercial pour le nom de son stade de la Porte d'Auteuil. Son futur centre d'entraînement, prévu à Poissy (Yvelines) pour remplacer le Camp des Loges à partir de 2022, est également concerné.

Le site, repéré par CulturePSG, apparaît comme une vitrine de présentation destinée aux entreprises potentiellement intéressées pour que leur marque soit accolée au nom du Parc des Princes. "Associez votre marque au plus emblématique et émotionnel des monuments parisiens", offre le PSG, encourageant les candidats à prendre contact avec le directeur du sponsoring du club.

Pour le centre d'entraînement, le Paris Saint-Germain le présente comme un "campus de classe mondiale" et "la future référence mondiale en matières de performance et d'excellence dans tous les domaines". Sa livraison pour 2022 a été confirmée en octobre par le club. Le complexe s'étendra sur 74 hectares et coûtera entre 250 et 300 millions d'euros.

Le site du PSG consacré au naming de ses installations
Le site du PSG consacré au naming de ses installations © Capture d'écran

Une manne financière non négligeable

La possibilité de faire un naming avec le Parc des Princes constitue un serpent de mer depuis l'arrivée de Qatar Sports Investments. L'idée était jusqu'à présent régulièrement écartée par l'état-major du club.

Un naming permettrait au Paris Saint-Germain d'engranger plusieurs millions d'euros dans les caisses. Une source d'argent non négligeable pour le club, qui demeure en délicatesse avec le fair-play financier.

Des exemples en Ligue 1

En France, l'Olympique Lyonnais reçoit 3,5 millions d'euros par an pour le Groupama Stadium, tandis que l'Olympique de Marseille perçoit annuellement 2,7 millions d'euros pour l'Orange Vélodrome. En Europe, Manchester City, Arsenal ou encore le Bayern Munich ont déjà pris cette voie depuis plusieurs années. Le naming présente toutefois le risque de susciter l'ire des supporters très attachés à l'identité du club et du stade qui existe dans sa version actuelle depuis 1972.

Julien Absalon avec Loic Tanzi