RMC Sport

Le PSG se prend au jeu

-

- - -

Le club parisien va disputer face à l’OM, ce mercredi, son cinquième Trophée des champions. Pas question de prendre à la légère la rencontre qui se disputera à Radès (Tunisie).

« Quand tu joues au PSG et que tu affrontes l’OM, c’est un match à gagner ». Le gardien de but parisien, Grégory Coupet, a donné le ton avant le Trophée des champions qui va se disputer dans la chaleur de Radès, ce mercredi (20h30). Aucune chance de voir les joueurs d’Antoine Kombouaré brader cette rencontre, bien au contraire : le Paris Saint-Germain veut démarrer pied au plancher, surtout face au grand rival marseillais, pour le premier match officiel de la saison.

Il est donc déjà temps de passer des paroles aux actes. Au Stade du 7 novembre, Paris va tenter de rafler pour la troisième fois ce match de prestige. Avant le départ pour la Tunisie ce mardi matin, les Parisiens ont participé à leur dernier entraînement ce lundi au camp des loges. Antoine Kombouaré a choisi d’emmener 24 joueurs à Radès, dont Guillaume Hoarau, pourtant suspendu pour la rencontre. Les deux recrues vedettes, Nenê et Mathieu Bodmer, déjà en vue lors de la préparation, seront bien là.

Une ligne de plus au palmarès

Le PSG veut surfer sur la vague de ses matchs amicaux (trois victoires, deux nuls) et se donner un peu de confiance avant le coup d’envoi du championnat le 7 août, au Parc des Princes face à Saint-Etienne.

Un titre, certes mineur, redonnerait de l’enthousiasme à un club qui a placé cette saison 2010-2011 sous le signe de la reconquête. Robin Leproux a lancé un plan drastique pour pacifier les tribunes du Parc des Princes. Sur le terrain, le PSG veut oublier ses cinq dernières saisons (13e, 6e, 16, 15e puis 9e) rarement moyennes et souvent médiocres en championnat que deux Coupe de France (2006, 2010) et une Coupe de la Ligue (2008) ont à peine adoucies. « C’est avant tout une ligne de plus à ajouter au palmarès, ajoute Coupet. Ce n’est pas une rencontre de gala mais un match important. Cela nous permettra de nous mettre dans le bain et de toucher à la compétition. »

P.B.