RMC Sport

Le TFC prépare sa nouvelle ère

Olivier Sadran

Olivier Sadran - AFP

Depuis lundi, le TFC a entamé sa reprise après une période d’inactivité particulièrement mouvementée sur le terrain judiciaire. Le club toulousain, qui évoluera vraisemblablement en Ligue 2 la saison prochaine, est à un tournant de son histoire: Olivier Sadran, président historique, devrait céder sa place aux investisseurs américains de RedBird Capital Partners, représentés par Damien Comolli. Le TFC "new look" est lancé.

Damien Comolli et Red Bird Capital Partners vont tout changer. A commencer par l’entraîneur: Patrice Garande (59 ans) a paraphé, ce lundi, un contrat de deux saisons avec les Violets. L’ancien Caennais remplace Denis Zanko, nommé en catastrophe après l’éviction d’Antoine Kombouaré en janvier, sans être parvenu à réussir l’improbable mission sauvetage qui était la sienne. Le nouveau coach sera accompagné de Jean-Marie Huriez, entraîneur adjoint.

Dans l’esprit des probables prochains décideurs toulousains – qui ne sont pas encore, officiellement, à la tête du club en attendant la fin du processus de vente – l’objectif est clair: remonter le plus rapidement possible en Ligue 1. Ils ont donc cherché un homme d’expérience, qui a déjà connu cette accession à l’élite. Patrice Garande l’avait réussie dès sa deuxième année à Malherbe (2012). Ce serait notamment ce qui lui a permis d’être choisi.

L’ADN de club formateur ne changera pas

Mais un autre argument a joué en la faveur de Garande. Lors de son passage en Normandie, il avait lancé plusieurs jeunes joueurs (Lemar, Kanté, Guerreiro). Une qualité essentielle pour le TFC, qui place la formation au cœur de son projet. Si Damien Comolli parvient à retenir les jeunes talents, dont certains ont déjà évolué en Ligue 1 (Boisgard, Koné, Diakité, Gonçalves), le nouvel entraîneur pourra s’appuyer sur un socle solide d’éléments très prometteurs, et cotés sur le marché des « prospects ». Une perspective alléchante en vue d’une possible politique de trading.

Toujours dans la même logique, Toulouse a officialisé cette semaine la signature de deux nouveaux contrats professionnels: Sam Sanna (milieu de terrain, 21 ans) et Janis Antiste (attaquant, 17 ans). Reste désormais à savoir dans quelles proportions l’effectif violet sera touché par la relégation. Baptiste Reynet s’est déjà engagé à Nîmes et sera remplacé par le Nantais Maxime Dupé, prêté à Clermont la saison passée.

Du côté des autres départs, Dossevi et Sanogo sont en fin de contrat alors que Kalinic, Isimat-Mirin, Vainqueur et Makengo ont terminé leurs prêts Max-Alain Gradel pourrait quitter le club, tout comme Issiaga Sylla ou encore Efthymios Koulouris. Un chantier de taille pour Comolli et Garande, alors qu’une ossature complète sera à reconstruire.

Du changement à tous les étages

Une autre nomination a été annoncée: celle de Patrick Flamant (ex-LOSC, Monaco…) à la tête du service médical. Une intronisation mouvementée puisque, quelques heures plus tard, le club annonçait que l’effectif professionnel compte quatre joueurs testés positifs à la Covid-19. Patrick Flamant a pris en charge le protocole, et a placé les joueurs concernés en quatorzaine.

Les semaines qui arrivent seront déterminantes pour y voir plus clair dans le projet des investisseurs américains. Olivier Sadran, qui conservera 15% des parts du club, souhaite finaliser la vente au plus tard le 15 juillet. D’ici là, Damien Comolli devra continuer la restructuration. Dans l’ombre, pour l’instant, avant d’être propulsé en première ligne.

Arthur Stroeble