RMC Sport

Leboeuf : « Ménez, ça suffit ! »

-

- - -

Très critiqué après sa bouderie lors du match contre Benfica, Jérémy Ménez s’est également attiré les foudres de Frank Leboeuf, membre de la Dream Team RMC Sport. Le champion du monde pousse un coup de gueule et recadre le Parisien.

Très critiqué après sa bouderie lors du match contre Benfica, Jérémy Ménez s’est également attiré les foudres de Frank Leboeuf, membre de la Dream Team RMC Sport. Le champion du monde pousse un coup de gueule et recadre le Parisien. Après avoir mal réagi à son non-entrée en jeu mercredi soir face à Benfica (3-0), Jérémy Ménez a une nouvelle fois terni son image. La fois de trop pour Frank Leboeuf, qui ne met plus les formes pour inviter le joueur à changer son comportement. « La fuite n’est pas une solution. Oui, il y a une compétitivité extraordinaire au PSG, mais moi aussi dans ma carrière, j’ai été sur la brèche dans certains clubs. Eh bien dans ces cas-là, tu te dis qu’il faut montrer ce dont tu es capable. Je suis navré d’apprendre tout ça. Ça m’attriste. Je n’ai pas envie de critiquer les joueurs, mais c’est fatigant. On entend toutes les semaines : ‘‘Je fais des conneries et je demande pardon’’. On en a marre de pardonner. A un moment donné tu es un adulte, tu sais ce que tu as à faire. » Inter / « Qu’on n’entende plus parler de toi » « Tu sais que tu n’es pas seul, que tu n’es pas le roi et qu’il va falloir que tu te battes pour gagner ta place. Donc tu te tais, tu travailles et si tu n’es pas choisi, tu travailles deux fois plus ! L’image du footballeur est tellement entachée de négativité que… Mais ta gueule quoi ! C’est un cri du cœur, ça suffit. Arrête de rire quand tu fais tes entraînements, travaille et qu’on n’entende plus parler de toi tant que tu n’as pas gagné ta place. » Après avoir mal réagi à son non-entrée en jeu mercredi soir face à Benfica (3-0), Jérémy Ménez a une nouvelle fois terni son image. La fois de trop pour Frank Leboeuf, qui ne met plus les formes pour inviter le joueur à changer son comportement. « La fuite n’est pas une solution. Oui, il y a une compétitivité extraordinaire au PSG, mais moi aussi dans ma carrière, j’ai été sur la brèche dans certains clubs. Eh bien dans ces cas-là, tu te dis qu’il faut montrer ce dont tu es capable. Je suis navré d’apprendre tout ça. Ça m’attriste. Je n’ai pas envie de critiquer les joueurs, mais c’est fatigant. On entend toutes les semaines : ‘‘Je fais des conneries et je demande pardon’’. On en a marre de pardonner. A un moment donné tu es un adulte, tu sais ce que tu as à faire. »

« Qu'on n'entende plus parler de toi »

r / « Qu’on n’entende plus parler de toi »« Tu sais que tu n’es pas seul, que tu n’es pas le roi et qu’il va falloir que tu te battes pour gagner ta place. Donc tu te tais, tu travailles et si tu n’es pas choisi, tu travailles deux fois plus ! L’image du footballeur est tellement entachée de négativité que… Mais ta gueule quoi ! C’est un cri du cœur, ça suffit. Arrête de rire quand tu fais tes entraînements, travaille et qu’on n’entende plus parler de toi tant que tu n’as pas gagné ta place. » « Tu sais que tu n’es pas seul, que tu n’es pas le roi et qu’il va falloir que tu te battes pour gagner ta place. Donc tu te tais, tu travailles et si tu n’es pas choisi, tu travailles deux fois plus ! L’image du footballeur est tellement entachée de négativité que… Mais ta gueule quoi ! C’est un cri du cœur, ça suffit. Arrête de rire quand tu fais tes entraînements, travaille et qu’on n’entende plus parler de toi tant que tu n’as pas gagné ta place. »

A lire aussi : 
>> PSG-Benfica : les notes >> Les petites phrases de l'After du 02/10 >> Blanc : "Menez ? Pas de commentaire"

Frank Leboeuf