RMC Sport

Lens et Lille, rebonds attendus

A l'image de son latéral droit Yoann Demont, Lens va devoir cravacher face à des Toulousains amoindris mais désireux d'effacer la gifle reçue en Ukraine, face au Shakhtar Donetsk

A l'image de son latéral droit Yoann Demont, Lens va devoir cravacher face à des Toulousains amoindris mais désireux d'effacer la gifle reçue en Ukraine, face au Shakhtar Donetsk - -

Premier relégable de L1, Lens veut profiter de la venue d’un Toulouse (12e) amoindri pour quitter la zone rouge. Lille (15e), de son côté, souhaite exporter ses talents européens sur le sol français et compte le prouver sur la pelouse d’Auxerre (7e).

Jean-Guy Wallemme n’a pas mâché ses mots en conférence de presse vendredi dernier. Le technicien artésien est apparu très nerveux, notamment concernant son avenir personnel, de plus en plus menacé en raison des mauvais résultats enregistrés par le Racing depuis le début de saison. « Si je ne gagne pas l'un des quatre prochains matches, pensez-vous que je serai encore là ? » a notamment lâché Wallemme au parterre de journalistes devant lui.

Pour autant, son homologue sur le banc toulousain, Alain Casanova, continue à considérer son équipe, le RCL, comme un adversaire dangereux. « Ils ont des arguments, notamment sur le plan offensif. C’est une bête blessée. Lorsqu’on n’est pas très bien, on cherche de la motivation et des éléments de survie. Ce sera un match difficile. » D’autant que le guide des Violets devra composer sans Fofana, de nouveau blessé à la cuisse, ni Cetto et Jean-Noël Perrier Doumbé. Quant à André-Pierre Gignac, il est incertain en raison d’une douleur au pubis. Face aux Lensois, Casanova compte essentiellement sur l’orgueil d’un groupe largement dominé en Ukraine face au Shakhtar Donetsk en Ligue Europe (4-0).

L’autre club nordiste à jouer dimanche, Lille, n’est pas non plus au mieux au classement. Les Dogues semblent souffrir du même mal qui a longtemps pourri le quotidien de Saint-Etienne la saison passée… à savoir, un allant des plus convaincants sur la scène européenne et de grosses absences dans la foulée en championnat. Preuve en a encore été faite jeudi devant le Genoa (4-0). « On est obligé de réaliser une série, rappelle le milieu du Losc Ludovic Obraniak. Si on veut concrétiser cette belle victoire en Ligue Europe, il faut gagner à Auxerre. Ce n’est pas l’endroit le plus facile pour accomplir ce genre de résultats. » Surtout en ce moment. La dernière formation à l’avoir emporté à l’Abbé-Deschamps était Lyon, le 22 août dernier (3-0). L’OL est également la dernière formation en championnat à avoir dominé l’AJA. C’est donc un sacré défi qui attend les joueurs de Rudi Garcia.

La rédaction