RMC Sport

Les joueurs, coupables ou victimes ?

Zoumana Camara, spectateur du naufrage parisien

Zoumana Camara, spectateur du naufrage parisien - -

Totalement crispés par le contexte actuel, les joueurs semblent incapables de se libérer sur le terrain malgré un effectif intéressant sur le papier.

Avec deux entraîneurs au caractère totalement différent en moins d’un an, le PSG en est pourtant au même point : une situation sportive catastrophique pour un club de son standing. Le constat parait simpliste mais suit pourtant un raisonnement logique. Principaux acteurs sur le terrain, ce sont eux qui sont aujourd’hui principalement visés.
Malgré un effectif complet constitué de bons joueurs, le Paris Saint-Germain montre que cela ne suffit pas toujours et que l’esprit de groupe et tout aussi important la qualité individuelle.

Le point sur les différentes lignes du PSG :

Gardiens : Titulaire indiscutable depuis son arrivée au PSG, Mickaël Landreau n’a jamais réellement déçu par ses prestations. Très précieux en fin de saison dernière, il est moins décisif depuis le mois d’août. Il sait malgré tout qu’il n’a pas vraiment à s’inquiéter pour sa place puisque Paul Le Guen n’a jamais voulu faire confiance à sa doublure Jérôme Alonzo même en coupe de France. Le portier âgé de 34 ans passe d’ailleurs plus de temps sur les greens de golf que sur les terrains de football.

Défenseurs : Zone du jeu où personne n’est sûr d’avoir sa place de titulaire. Après avoir commencé sur le banc de touche, Mario Yepes a finalement pris la place d’un Grégory Bourillon hors de forme. Le jeune Mamadou Sakho a remplacé à trois reprises Sylvain Armand à gauche, disparaissant aussi vite qu’il est arrivé. Sur le flanc droit, la boulette de Ceara face à Caen pourrait bien relancer Bernard Mendy. Seul Zoumana Camara tient sa place depuis le début de la saison, malgré un manque évident de repère sur le terrain.

Milieux : Très prometteur après les premiers matches, Didier Digard s’est ensuite éteint à cause d’un physique pas vraiment habitué à la Ligue 1. Les jeunes du centre de formation Granddi Ngoyi et Younousse Sankharé ont tenté de jouer les pompiers, sans vraiment convaincre, mais à leur décharge dans un contexte difficile. Marcello Gallardo a totalement disparu de la circulation, refusant même de jouer avec l’équipe de CFA. Seules satisfactions, Jérémy Clément dont les prestations sont toujours régulière et Jérôme Rothen qui a retrouvé l’équipe de France.

Attaquants : Principal défaut du PSG, Paul Le Guen a essayé toutes les options possibles et imaginables. Avec seulement 13 buts en 16 matches de L1, l’attaque est le talon d’Achille du Paris Saint-Germain. Pauleta est le plus souvent cantonné sur le banc. Pegguy Luyindula est en perdition totale. Amara Diané, capable du meilleur comme du pire, souffre d’un cruel manque de réalisme devant le but. Quant à Pierre-Alain Frau, il souffre d’un manque de confiance évident, sifflé d’ailleurs plusieurs reprises par le Parc des Princes. Une situation qui a permis à Loris Arnaud d’intégrer le grand bain, avec quelques difficultés malgré un but à Strasbourg. La bonne surprise vient de David N’Gog, prometteur après ses premières apparitions sous le maillot parisien.

Le buteur portugais Pedro Miguel Pauleta tire d’ailleurs le signal auprès de ses coéquipiers.
« Pour moi, l’union sacré doit commencer au mois de juillet, pas en novembre. Ce qu’il faut faire, c’est travailler, faire moins d’erreurs, rester unis et surtout que chacun assume ses responsabilités. J’attendais une belle saison cette année mais ce n’est pas le cas pour le moment. Mais il vaut avoir dans la tête l’espoir de bien terminer, c’est nécessaire pour commencer à gagner ». (Voir extrait sonore ci-contre)

Meilleur buteur du PSG malgré son faible temps de jeu, Pauleta vit sûrement sa dernière saison au sein du club parisien.

La rédaction